Vendredi  14 decembre 2018 07:18
French Chinese (Simplified) English Hindi
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

AMÉRIQUE

L'actualité de la semaine en Amerique

Le site industriel d'Arkema, à Crosby, le 31 août 2017 après la double explosion.Reuters

La confusion règne au Texas, autour de la dangerosité des fumées dégagées par l'explosion survenue jeudi 31 août sur le site industriel d'Arkema, à Crosby au nord de Houston. Des produits chimiques ont pris feu, car il n'étaient plus réfrigérés faute d'électricité, l'usine ayant été inondée par les eaux au passage de Harvey. La tempête a fait des dizaines de morts et les Américains de la région s'en remettent à peine.

Pour l'instant, à Crosby, un seul des neuf containers de produits chimiques d'Arkema a explosé (deux détonations suivies d'un incendie). Il s'agit de peroxyde organique, un composant qui sert à fabriquer des sacs en plastique. Un périmètre de sécurité de près de trois kilomètres a été établi autour du site industriel.

L'hélicoptère du shérif de Crosby survole la ville, mais aucune fumée noire n'est visible à l'horizon. Devant la caserne des pompiers de la ville, le responsable de l'usine concède que la fumée est toxique, comme celle de n'importe quel incendie. Mais Richard Rennard se montre évasif sur la suite des événements.

 

« Ce serait spéculer que d'annoncer l'importance de l'incendie »

Il reste un important stock de produits chimiques sur le site et le risque de nouvelles explosions est réel. « Ce n'est pas une science exacte. Ce serait spéculer que d'annoncer l'importance de l'incendie. On ne pas prédire ce qui va se passer », plaide Richard Rennard.

Ce panache « est extrêmement dangereux », affirme cependant le directeur de l'Agence fédérale des situations d'urgence, la FEMA. Sauf que l'agence de l'environnement, pour sa part, estime qu'il n'y a pas d'émanation dangereuse... C'est le flou.

Les habitants sont dans l'expectative. « On est inquiets, mais on dépend des autorités pour être informés. On est prêts. Nos affaires sont prêtes à être embarquées dans la voiture si on doit évacuer », confie Harvey Reimer, gérant d'un supermarché local.

« Nos affaires sont prêtes à être embarquées dans la voiture si on doit évacuer »

Ce que craignent surtout les riverains, ce sont les fuites de produits chimiques dans les eaux fétides qui noient le site industriel. Pour l'instant, personne ne peut se rendre sur place, et il est donc difficile de savoir ce qui peut se passer, et impossible en tous cas d'intervenir.

Certains habitants tâchent de prendre les choses avec philosophie. A la caisse du magasin, Rodney Srank remballe ses achats. Il habite la zone évacuée et ne peut pas rentrer chez lui. « Vous savez, remarque-t-il, ce n'est pas une explosion géante, c'est juste normal, ils ne peuvent pas l'empêcher. C'est juste frustrant de ne pas pouvoir rentrer chez soi. »

Et Rodney de rappeler que la zone vient de connaître bien pire aux yeux des riverains, avec le passage de l'ouragan, depuis rétrogradé au rang de tempête tropicale : « Ici, beaucoup de gens ont tout perdu à cause de Harvey. Alors, on a du mal à se faire du souci pour une fumée qu'on ne voit même pas. »

 

Dans l'ouest de Houston, le 31 août 2017.REUTERS/Rick Wilking

 

« A Houston, on reprend à peine ses esprits après le passage d'Harvey »

De fait, il a fait beau pour la deuxième journée consécutive jeudi à Houston, plus au sud, et tandis que la décrue se poursuit, la plupart des habitants qui avaient été évacués des flots ont pu retourner chez eux et constater l'étendue des dégâts. Des dizaines de milliers de maisons sont inhabitables.

A Creekhickory Road, dans le nord de la ville texane, le grand ménage a commencé. D'invraisemblables amoncellements de bric-à-brac humide s'entassent sur les bords de la route : meubles, cloisons, planches, livres, vêtements, le tout délivrant des odeurs de pourri. Les habitants sont de retour chez eux et tous vident leur intérieur sur le trottoir.

La tâche est éprouvante. Les familles réalisent qu'elles ont perdu leurs plus chers souvenirs. Pour des milliers d'entre elles, elles ne pourront pas occuper leur logement avant longtemps. Les pompiers ont commencé une opération de ratissage systématique des quelque 87 000 maisons texanes affectées, pour vérifier que personne, mort ou vivant, n'a été oublié dans les secteurs qui ont été inondés.

 

Avec RFI

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

À la une

Les articles les plus lus

Meurtre d’un homme noir par un policier blanc aux Etats-Unis : « Et s’il n’y avait pas eu de vidéo ? »

Meurtre d’un homme noir par un policier blanc aux Etats-Unis : « Et s’il n’y avait pas eu de vidéo ? »

Le richissime Donald Trump se lance dans la course à la Maison-Blanche

Le richissime Donald Trump se lance dans la course à la Maison-Blanche

ETATS-UNIS:Hillary Clinton pourrait annoncer sa candidature à la présidentielle ce dimanche

ETATS-UNIS:Hillary Clinton pourrait annoncer sa candidature à la présidentielle ce dimanche

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

14 December 2018
La revue de Presse de ce vendredi 14 decembre 2018

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom