Dimanche  25 aout 2019 08:30
French Chinese (Simplified) English Hindi
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

AMÉRIQUES

L'actualité de la semaine en Amerique

Des dizaines de milliers de manifestants sont descendus aujourd'hui dans les rues de Caracas, les uns pour exiger le départ de Nicolas Maduro, les autres pour célébrer le 20e anniversaire de la révolution bolivarienne et réaffirmer leur soutien au dirigeant socialiste. Des deux côtés, les photos prises par l'AFP montraient des rues et des avenues noires de monde. Aucun chiffre ne circule généralement après les manifestations au Venezuela.

Depuis une estrade devant la représentation de l'Union européenne à Caracas, dans le quartier de Las Mercedes, le chef de l'opposition a annoncé l'arrivée dans les prochains jours d'une aide humanitaire destinée au pays à la frontière colombienne, au Brésil et sur une "île des Caraïbes", en demandant à l'armée de la laisser entrer.

"Nous allons continuer dans la rue jusqu'à ce que nous soyons libres, jusqu'à la fin de l'usurpation", a déclaré, la voix enrouée, Juan Guaido, 35 ans, en costume sombre et chemise blanche. "Oui, c'est possible!", lui répondait la foule.

Anticipant un mois de février "qui doit être déterminant", il a appelé ses partisans à ne pas relâcher la pression, lors d'une nouvelle manifestation le 12 février, Jour de la jeunesse au Venezuela. Une autre mobilisation, liée à la distribution de l'aide humanitaire, est prévue dans les prochains jours, a-t-il lancé, sans plus de précision.

"Liberté! Liberté! Liberté!", scandaient les manifestants en tapant sur des casseroles ou en actionnant des cornes de brume, tandis que d'autres portaient des pancartes avec le visage du président Maduro barré. "Ecoutez la garde (bolivarienne), écoutez le Sebin (services de renseignement), ça va tomber, comme le mur de Berlin", pouvait-on lire par ailleurs. Ou encore: "Des Vénézuéliens meurent de faim faute de nourriture et de médicaments: Maduro assassin!". Le rassemblement de l'opposition s'est dispersé sans incident majeur signalé.

Maduro apparaît en public pour la première fois depuis six mois

A une dizaine de kilomètres de là, au centre de Caracas, Nicolas Maduro est réapparu en public pour la première fois depuis six mois. Vêtu d'une chemise rouge, il a pris la parole devant un parterre de supporters réunis sur l'avenue Bolivar, où il y a six mois des drones chargés d'explosifs avaient explosé près de la tribune où il se trouvait.

Il s'est déclaré favorable à la tenue d'élections législatives anticipées dans le courant de cette année, alors que le Parlement est justement la seule institution contrôlé par l'opposition. Le mandat actuel des députés, élus fin 2015, va de janvier 2016 à janvier 2021. Les prochaines élections législatives doivent normalement avoir lieu fin 2020.

Pour faire face à ce qu'il a qualifié de "plan macabre" des Etats-Unis, il a aussi annoncé une augmentation du nombre de soldats en appelant les miliciens, un corps composé de civils, à rejoindre l'armée. "Gringo hors de ma patrie", pouvait-on lire sur le panneau d'un des manifestants. "Allez au diable, Yankees de merde!", disait un autre pancarte.

"Coup dur pour l'armée"

Quelques heures avant le début de ces manifestations, qui se sont déroulées également à travers le Venezuela et à l'étranger, un général de division de l'Armée de l'Air a annoncé faire allégeance à Guaido, alors que Maduro compte sur le soutien déterminant des forces armées pour se maintenir au pouvoir.

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, où il apparaît en uniforme, le général Francisco Yanez rejette "l'autorité dictatoriale" de Nicolas Maduro et "reconnaît le député Juan Guaido comme président".

Se présentant comme directeur de la planification stratégique de l'Armée de l'Air, il est le militaire de plus haut rang à se rallier publiquement à Guaido. Jusqu'ici, seul un colonel, attaché de défense aux Etats-Unis, avait franchi le pas.

Le général Yanes a été immédiatement qualifié de "traître" par l'Armée de l'Air. "C'est un coup dur pour l'armée même s'il ne commande pas de troupes", a déclaré à l'AFP l'experte militaire Rocio San Miguel.

"Les Etats-Unis appellent tous les membres de l'armée à suivre l'exemple du général Yanez, et à protéger les manifestants pacifiques qui soutiennent la démocratie", a déclaré dans la foulée sur Twitter le conseiller de la Maison Blanche à la sécurité nationale, John Bolton.

Avec le figaro

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

À la une

Les articles les plus lus

Le richissime Donald Trump se lance dans la course à la Maison-Blanche

Le richissime Donald Trump se lance dans la course à la Maison-Blanche

Meurtre d’un homme noir par un policier blanc aux Etats-Unis : « Et s’il n’y avait pas eu de vidéo ? »

Meurtre d’un homme noir par un policier blanc aux Etats-Unis : « Et s’il n’y avait pas eu de vidéo ? »

ETATS-UNIS:Hillary Clinton pourrait annoncer sa candidature à la présidentielle ce dimanche

ETATS-UNIS:Hillary Clinton pourrait annoncer sa candidature à la présidentielle ce dimanche

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

23 August 2019
La revue de la presse du vendredi 23 août 2019

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom