Dimanche  22 septembre 2019 09:23
French Chinese (Simplified) English Hindi
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

AMÉRIQUES

L'actualité de la semaine en Amerique

Le chef de file de l'opposition vénézuélienne Juan Guaidó a dit mardi craindre d'être arrêté dans les prochains jours, après la décision de la Cour suprême de lever son immunité parlementaire.

«Ils peuvent essayer de m'enlever», a déclaré à propos du pouvoir en place Juan Guaidó, reconnu comme président par intérim par plus d'une cinquantaine de pays, interrogé par des journalistes.  

«Vous savez comment agit le régime. Ce n'est même plus de la persécution, c'est l'inquisition», a estimé l'opposant de 35 ans, qui ne reconnait pas la sanction de la plus haute juridiction vénézuélienne.  

La Cour suprême a demandé lundi au président de l'Assemblée constituante de lever l'immunité parlementaire de Juan Guaidó, député de centre droit. La question pourrait être abordée dès mardi par la Constituante, assemblée qui remplace dans les faits le Parlement, seul organisme contrôlé par l'opposition. 

Tant la Cour suprême que l'Assemblée constituante sont jugées comme acquises au pouvoir en place par l'opposition, tous leurs membres ayant été désignés par le chavisme, du nom du défunt Hugo Chavez (1999-2013).

Ces deux organismes «n'ont pas la qualité pour perquisitionner ou lever l'immunité, il faut dire les choses comme elles sont», a souligné Juan Guaidó, qui est le président du Parlement vénézuélien.

Il est reproché au chef de file de l'opposition de ne pas avoir respecté une interdiction de sortie du territoire.

M. Guaidó avait bravé cette décision prise le 29 janvier par la Cour suprême en quittant clandestinement le pays pour effectuer une tournée en Colombie, au Brésil, au Paraguay, en Argentine et en Équateur, de fin février à début mars.

Si la décision de la Cour suprême pourrait, en théorie, aboutir à la présentation devant la justice ordinaire de Juan Guaidó, il est difficile d'anticiper ses conséquences concrètes dans ce pays où personne ne reconnaît la légitimité de personne.

Les États-Unis ont déjà mis en garde Caracas à plusieurs reprises contre toute représaille à l'encontre de celui qu'ils considèrent comme le chef de l'État légitime du Venezuela.

Ce rebondissement intervient alors que le président Nicolas Maduro et son principal opposant se disputent le pouvoir depuis le début de l'année, dans un Venezuela exaspéré par des pannes de courant à répétition et le manque d'eau courante.

 

Avec La Presse

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

À la une

Les articles les plus lus

Le richissime Donald Trump se lance dans la course à la Maison-Blanche

Le richissime Donald Trump se lance dans la course à la Maison-Blanche

Meurtre d’un homme noir par un policier blanc aux Etats-Unis : « Et s’il n’y avait pas eu de vidéo ? »

Meurtre d’un homme noir par un policier blanc aux Etats-Unis : « Et s’il n’y avait pas eu de vidéo ? »

ETATS-UNIS:Hillary Clinton pourrait annoncer sa candidature à la présidentielle ce dimanche

ETATS-UNIS:Hillary Clinton pourrait annoncer sa candidature à la présidentielle ce dimanche

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

19 September 2019
La revue de Presse de ce jeudi 19 septembre 2019

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom