Samedi  22 septembre 2018 21:32
French Chinese (Simplified) English Hindi
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

ASIE / Moyen-Orient

L'actualité de la semaine en Asie

« Au moins 700 combattants » ont été envoyés en renfort dans l’enclave rebelle, dont Damas a repris le contrôle de la moitié, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

 

La pression du régime syrien sur l’enclave rebelle de la Ghouta orientale, en bordure de Damas, s’accroît encore. Des centaines de combattants y ont été déployées en renfort mercredi 7 mars. Le régime a repris plus de 50 % de ce fief rebelle, a annoncé l’observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui dispose d’un vaste réseau d’informateurs dans le pays.

Depuis la mi-février, la Ghouta orientale, où vivent encore près de 400 000 personnes, subit une vaste offensive du régime de Bachar Al-Assad. Mardi soir, des centaines de combattants prorégime y ont été envoyées en renfort, se déployant sur les fronts d’Al-Rihane, dans le nord-est de l’enclave, et de Harasta, dans l’Ouest, selon l’OSDH.

« Au moins sept cents combattants venus d’Alep (Nord) et appartenant à des milices afghane, palestinienne et syriennes loyales au régime [y] ont été envoyés », selon son directeur, Rami Abdel Rahmane.

L’objectif du régime est de scinder l’enclave en deux, en isolant le secteur nord et la localité de Douma du secteur sud, a-t-il ajouté. Les forces loyalistes se trouvent à ce stade aux abords de plusieurs localités, notamment Misraba, Beit Sawa, Jisrine ou encore Hammouriyé.

D’intenses bombardements ont précédé des opérations au sol, tuant plus de huit cents civils depuis le 18 février, selon l’OSDH.

Planifier « l’apocalypse »

Les forces du régime progressent actuellement vers la grande ville de Douma et les localités de l’ouest de l’enclave, après avoir reconquis des secteurs dans l’Est et le Sud-Est, d’après l’OSDH.

La situation humanitaire dans la Ghouta orientale est extrêmement préoccupante. Ses habitants subissent des pénuries de médicaments et de denrées, et vivent le plus souvent dans les sous-sols de bâtiments pour se protéger du déluge de feu qui s’abat sur les villes.

Mercredi, le haut-commissaire de l’ONU aux droits humains, Zeid Ra’ad al Hussein, a accusé le régime de planifier « l’apocalypse » en Syrie, où le conflit, qui dure depuis 2011, est entré dans une nouvelle « phase d’horreur ».

C’est dans ce contexte de violence extrême qu’un rare convoi humanitaire des Nations unies et du Comité international de la Croix-Rouge avait été autorisé, lundi 5 mars, à entrer à Douma, la « capitale » de la Ghouta orientale, mais la situation sécuritaire avait obligé le convoi à faire demi-tour avant la fin de sa mission. Selon le bureau humanitaire de l’ONU, les autorités syriennes ont également imposé de nombreuses restrictions sur le matériel médical acheminé.

Un nouveau convoi jeudi ?

Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir en urgence à huis clos pour discuter d’une résolution adoptée à la fin de février réclamant un cessez-le-feu de trente jours dans toute la Syrie, et qui est depuis restée lettre morte.

A ce jour, des raids aériens se poursuivent en dépit d’une trêve quotidienne de cinq heures décrétée par Moscou il y a plus d’une semaine, tandis que l’aviation russe a accru sa présence dans l’espace aérien, selon le directeur de l’OSDH.

Malgré les combats et le déluge de feu meurtrier, l’ONU doit tenter jeudi d’envoyer un nouveau convoi d’aide humanitaire.

Lundi, « quatorze des quarante-six camions du convoi n’ont pas pu être déchargés totalement », selon un communiqué du porte-parole du secrétaire général de l’ONU, Stéphane Dujarric. « Près de la moitié de la nourriture transportée par le convoi n’a pas pu être livrée », dit-il. Pour le convoi de jeudi, « nous ne savons pas encore combien de camions il y aura, mais ce sera le reste de l’aide pour 70 000 personnes », a fait savoir une porte-parole du bureau de coordination de l'aide de l’ONU à Damas, Linda Tom. « Cela comprend les aides médicales dont le chargement n’a pas été autorisé la dernière fois », dit-elle.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé mardi à rouvrir « immédiatement » les couloirs d’accès aux convois humanitaires en Syrie.

Avec Le Monde / AFP

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

Les articles les plus lus

Corée du Nord:«Tout le territoire américain est à notre portée»

Corée du Nord:«Tout le territoire américain est à notre portée»

SYRIE: LES ISIS HUNTERS, CES SOLDATS DU RÉGIME DE DAMAS FORMÉS PAR LA RUSSIE

SYRIE: LES ISIS HUNTERS, CES SOLDATS DU RÉGIME DE DAMAS FORMÉS PAR LA RUSSIE

Bataille de Marawi : les forces américaines en soutien à l'armée philippine face à l'EI

Bataille de Marawi : les forces américaines en soutien à l'armée philippine face à l'EI

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

19 September 2018
La revue de Presse de ce mercredi 19 septembre 2018

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom