Imprimer
Affichages : 123

La première épidémie d’Ebola, en zone de conflit à laquelle fait face la RDC, connaît une régression après des pics atteints récemment, à savoir 2.062 cas confirmés et probables signalés, dont 1.390 sont décédés.

« Il y a véritablement diminution mais il peut y avoir un cas, le danger, la menace persistent », a indiqué le mardi 9 juillet David Gressly, coordonnateur des interventions d’urgence des Nations-Unies pour la lutte contre Ebola, à l’issue d’un entretien avec le Gouverneur du Nord-Kivu, Carly Nzanzu.

La tendance baissière de l’épidémie de la maladie à virus Ebola, constatée par l’Organisation Mondiale de la Santé mi-juin, se confirme. Néanmoins, les efforts doivent être poursuivis dans la couverture des zones à risque, notamment l’amélioration de la sécurité, grâce à laquelle les équipes d’intervention avaient réussi à avoir plus librement un accès aux communautés, et la sensibilisation menée avec l’appui des leaders d’opinion locaux.

Pour ce faire, une cartographie justement des zones non couvertes est en cours de réalisation, a annoncé David Gressly: « Nous travaillons à définir comment garantir la surveillance du virus et surmonter tous les obstacles qui peuvent entraver l’accès aux zones dans lesquelles le virus pourrait se cacher ».

Planifier l’après épidémie

Pour David Gressly, il n’est pas trop de penser à l’après épidémie et déjà travailler sur les effets dévastateurs d’Ebola sur le système de santé, l’éducation, le commerce.

« On doit avoir un plan bien intégré, travailler avec les partenaires et le gouvernement congolais pour trouver des solutions qui vont aider les populations, y compris ceux qui ont survécu à la maladie. La planification doit commencer dès maintenant », insiste-t-il.

C’est en août 2018 que l’épidémie de fièvre hémorragique d’Ebola, la dixième et la plus importante observée en RDC, s’est déclarée dans la région Est, une partie du pays en proie à une insécurité endémique. Cette situation a énormément impacté le travail des opérateurs sanitaires locaux et étrangers.

Lambert Lambe / Afrique panorama