Lundi  18 octobre 2021 12:01
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

AMÉRIQUES

L'actualité de la semaine en Amerique

Dans ces bus, des Haïtiens reconduits à la frontière du Texas, le 20 septembre 2021. © AP/Eric Gay

Si, jusqu’à présent, il était difficile de donner des chiffres sur ces expulsions de migrants haïtiens, l’Office national des migrations haïtien a délivré quelques détails ce jeudi. Quelque 1 364 migrants, dont 404 enfants, ont été refoulés entre le 19 et le 22 septembre en Haïti, selon Alter Presse qui reprend donc les chiffres de l’ONM. Au total, ce sont douze vols qui ont atterri en Haïti, dont un à Cap-Haïtien, arrivé ce mercredi avec 83 personnes à bord.

Ce jeudi, six autres vols étaient attendus. Selon The New York Times, au total, près de 2 000 migrants auraient été expulsés. L’ONM fait état aussi de mauvais traitements et déplore le manque de moyens mis à disposition selon son coordonnateur. Selon lui, les migrants déportés à Port-au-Prince auraient dénoncé de mauvais traitements de la part des gardes américains, notamment à bord des avions. D’après certains témoignages, ils auraient été menottés, les mains et les pieds, comme des criminels durant leur voyage.

L’ONM, qui dit avoir renforcé sa structure de suivi pour pouvoir accueillir ces migrants, déplore n’avoir reçu aucune aide de l’État haïtien. À l’heure actuelle, c’est l’Office international pour les migrations, l’OIM, qui verse une aide dont le montant s’élève à 10 000 gourdes par migrant, soit un peu plus de 85 euros. L’ONM lance donc un appel aux pouvoirs publics pour qu’ils débloquent des fonds et aussi pour qu’ils mettent à disposition des bus pour transporter ces migrants qui seront encore plus nombreux à débarquer dans les jours à venir.

Les États-Unis vont envoyer une mission en Haïti

Au lendemain de la démission de l’envoyé spécial des États-Unis en Haïti, Daniel Foote, qui n’a pas hésité à critiquer l’administration américaine dans sa gestion de ce dossier, l’administration Biden tente de dédramatiser la situation et annonce l’arrivée prochaine d’une mission de haut niveau, comme l’annonce Le Nouvelliste dans son édition du jour. Le but de cette mission sera de « déterminer la meilleure voie à suivre ici pour nous assurer de parler à la société civile afin que nous entendions le peuple haïtien lui-même pour essayer de comprendre ce qu’il convient de faire », selon les déclarations de Wendy Sherman, secrétaire d’État adjointe des États-Unis.

Une mission programmée pour la semaine prochaine et qui sera dirigée par Brian Nicholls, secrétaire adjoint aux Affaires des Amériques et Juan Gonzalez, le directeur principal du Conseil de sécurité nationale des États-Unis. À la question : Daniel Foote sera-t-il remplacé ? Wendy Sherman bote en touche. Daniel Foote avait été nommé suite à l’assassinat de Jovenel Moïse. Aujourd’hui, les États-Unis peuvent s’appuyer sur leur ambassadrice, explique la responsable, qui dit avoir une grande confiance en elle.

L’administration Biden répond à Daniel Foote

 

Daniel Foote, qui a été très critique dans sa lettre de démission sur la politique migratoire des États-Unis, aurait plaidé pour l’envoi de l’armée américaine en Haïti. C’est ce qu’aurait confié Wendy Sherman d’après le Colorado Spring Gazette. Daniel Foote aurait réclamé ce déploiement de l’armée afin de sécuriser le pays. « Une très mauvaise idée », selon la secrétaire d’État adjointe des États-Unis.

L’administration Biden a décidé de contre-attaquer après les critiques de Daniel Foote, qui jugeait cette administration coupable selon lui de ne pas écouter et même d’ignorer ses recommandations. « L’envoyé spécial Foote a eu amplement l’occasion de faire part de ses préoccupations concernant la migration… Il ne l’a jamais fait une seule fois », a expliqué hier la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki. L’administration Biden tente de désamorcer la crise engendrée par la démission de Daniel Foote, tout en tentant d’expliquer sa politique migratoire et les expulsions.

La réaction de la presse haïtienne après la démission de Daniel Foote

« En témoignant avec autant d’acuité dans sa lettre de démission, Daniel Foote vient d’écrire l’une des pages les plus virulentes de la contre-histoire des rapports entre Haïti et les États-Unis d’Amérique », estime Le National dans son éditorial du jour. « Un coup de pied de Foote dans la fourmilière pour exprimer ce que nous savons tous : l’étranger impose insidieusement ses quatre volontés jusque dans les résultats des élections en Haïti. »

Pour Le Nouvelliste, cette démission est un échec personnel de Daniel Foote, et surtout elle « souligne l’échec de toutes les politiques américaines en Haïti depuis des années ». « Depuis le séisme de 2010, pour ne pas remonter au déluge, les choix américains pour Haïti sont catastrophiques. Les choix d’Haïti pour lui-même ne le sont pas moins », estime le quotidien, pour qui « la crise des migrants date de 2010 ». « Fourmis laborieuses, les Haïtiens sont de plus en plus nombreux en Amérique latine chaque année. »

Et le quotidien s’interroge : « Comment les stratèges américains ont pu ne pas deviner que les fourmis allaient un jour venir frapper à leurs portes coincées qu’elles sont entre un pays natal où il est de plus en plus difficile de revenir et des pays d’accueil qui connaissent des revers économiques. » Pour Le Nouvelliste, les conséquences d’une telle stratégie sont évidentes : « Affaiblir et laisser périr Haïti, c’est attirer ses fils, Messieurs et Dames de l’Amérique. »

 

RFI

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

Traduction

Google Translate Widget by Infofru

Author Site Reviewresults

À la une

Les articles les plus lus

Le richissime Donald Trump se lance dans la course à la Maison-Blanche

Le richissime Donald Trump se lance dans la course à la Maison-Blanche

Meurtre d’un homme noir par un policier blanc aux Etats-Unis : « Et s’il n’y avait pas eu de vidéo ? »

Meurtre d’un homme noir par un policier blanc aux Etats-Unis : « Et s’il n’y avait pas eu de vidéo ? »

ETATS-UNIS:Hillary Clinton pourrait annoncer sa candidature à la présidentielle ce dimanche

ETATS-UNIS:Hillary Clinton pourrait annoncer sa candidature à la présidentielle ce dimanche

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

11 October 2021
La revue de presse de ce lundi 11 octobre 2021

La Vidéo de la Semaine

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom