Mercredi  27 mai 2020 12:57
French Chinese (Simplified) English Hindi
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

ÉCONOMIE

L'actualité économique de la semaine en RDC

Par ailleurs, le Sénat a clôturé sa session de mars sur fond d’une moisson abondante.
Jamais journée n’a été harassante et irritante que celle d’hier consacrée à la clôture de la session ordinaire de mars 2015. Très vite, elle s’est muée en une journée entière d’attente interminable ponctuée d’inquiétudes dans la salle des conférences internationales, siège du Sénat.

Attente de quoi ? Des travaux des commissions paritaires où sénateurs et députés à couteaux tirés ne parvenaient pas à s’accorder sur les divergences qui les divisent sur la loi sur les hydrocarbures et celle de la Caisse de péréquation.
La première, celle des hydrocarbures a même frôlé le pugilat entre les deux Chambres qui se sont séparées en queue de poisson, l’Assemblée nationale ne voulant rien entendre des amendements du Sénat et tenant à garder son texte tel quel.
Ce qui a davantage empoisonné le climat des travaux à la paritaire de la Commission « Environnement » sur les hydrocarbures. Ce n’est que vers 18 heures que la Commission « Environnement » et celle d’« Economie et finance » (ECOFIN) qui étaient à la paritaire ont enfin fait leur apparition dans la salle des conférences internationales.
Le programme du jour peut enfin commencer. C’est sur le chapeau car le Président Léon Kengo Wa Dondo est d’abord revenu sur le blocage survenu à la paritaire « Environnement » pour le vote de la loi sur les hydrocarbures.

PV DE CARENCE DRESSE A LA PARITAIRE
Il a fait lire deux correspondances, celle du Président de l’Assemblée nationale lui adressé hier même et sa réponse, le même jour. On y retient que le Président de la Chambre basse envoie le PV de carence dressée à la paritaire pour constater l’absence des sénateurs.
Il déplore cette attitude qu’il qualifie de manque d’esprit parlementaire. Mais dans sa réponse, Léon Kengo revient sur les péripéties survenues à la commission paritaire. Les deux chambres avaient déjà élagué les divergences et il ne restait qu’à les intégrer dans la loi.
Ce qui n’a pas été fait pour une raison qu’il ne comprend pas. Le 1er des sages exprime clairement le vœu de voir les deux chambres se retrouver à nouveau autour d’une table pour harmoniser les vues. C’est Musendu Flungu, le Président de la Commission « Environnement » qui a explicité les travaux à la paritaire.
C’était rude. Ils s’étaient déjà mis d’accord sur une formulation harmonisée dénuée de toute divergence. Mais hélà ! quand il s’est agit de la couler dans le texte de loi, les députés n’ont rien voulu entendre.
Ils sont encore revenus en arrière pour exiger que le texte de l’Assemblée nationale soit intégré dans la loi sans y toucher un seul iota. Leur texte, rien que leur seul texte et rien d’autre. C’est là où les Romains se sont empoignés.
C’est dans cette ambiance surchauffée que les sénateurs de la paritaire ont préféré claquer la porte. A la suite de quoi, les députés sont restés établir un PV de carence accusant les sénateurs d’avoir séché la séance paritaire. Deuxième texte soumis à une autre paritaire « ECOFIN », celle-là c’est la loi sur la « Caisse nationale de péréquation ».

L’HUMILITE ET LA SIMLPICITE POUR GAGNER
On s’attendait à une autre épreuve entre le Sénat et l’Assemblée nationale. Que non ! Là, tout s’est passé cordialement, selon le Rapporteur de l’ECOFIN qui dit avoir fait jouer l’humilité et la simplicité pour gagner le pari.
Il y avait deux grosses divergences. Celle de la tutelle que l’Assemblée nationale place sous le ministère de la Décentralisation alors que le Sénat invoquant la Constitution, la place sous l’autorité du gouvernement. La divergence a été levée.
Désormais, la Caisse est placée sous l’autorité d’un Conseil de tutelle dirigé par le Premier ministre et comprenant plusieurs ministères. La loi sur la « Caisse nationale de péréquation a été votée à l’unanimité. Bien avant, une autre loi venant de la paritaire était votée.
Il s’agit de la loi organique, examinée en seconde lecture, donc venant de la Cour constitutionnelle pour inconstitutionnalité sur les modalités d’application des droits de la femme et la parité. Intervient alors le discours de clôture du Président Léon Kengo Wa Dondo.
Il félicite ses pairs de la Chambre pour l’abondante moisson qu’ils ont recoltée au cours de cette session de mars 2015. Le résultat est flatteur : 12 projets de loi adoptés, 4 questions d’actualité adressée aux membres du gouvernement, 4 questions orales avec débats aux ministres du Portefeuille, des Transports et voies de communication, des Finances, du Commerce extérieur, des Mines et de la Fonction publique. Les sages de la Chambre haute ont donc droit a un repos de 3 mois…repos mérité. KANDOLO M./ forum des as

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

Les articles les plus lus

Programme D’urgence De Félix Tshisekedi : Mystère Autour D’une Dette De 100 Millions Usd

Programme D’urgence De Félix Tshisekedi : Mystère Autour D’une Dette De 100 Millions Usd

La Conaref pour la ratification des conventions internationales sur la gouvernance foncière

La Conaref pour la ratification des conventions internationales sur la gouvernance foncière

Pêche : Clôture de la vulgarisation du Projet de gestion intégrée de pêcheries et de ressources en eau à Bunia dans la Province Orientale

Pêche : Clôture de la vulgarisation du Projet de gestion intégrée de pêcheries et de ressources en eau à Bunia dans la Province Orientale

À la une

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

10 March 2020
La revue de Presse de ce mardi 10 mars 2020

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom