Mercredi  10 août 2022 07:55
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

EUROPE

L'actualité de la semaine en Europe

Le premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé jeudi sa démission, mais en indiquant qu'il entend demeurer à la barre du gouvernement jusqu'à ce que le Parti conservateur se choisisse un nouveau chef.

Le départ annoncé de M. Johnson, en poste depuis moins de trois ans, donne le coup de départ de cette course à la direction, qui devrait se dérouler sur quelques mois. Les modalités exactes seront dévoilées la semaine prochaine.

« Je sais que beaucoup de gens seront soulagés [par ma démission] et peut-être que quelques-uns seront aussi déçus. Je veux vous dire à quel point je suis triste d'abandonner le meilleur emploi au monde. »

— Une citation de  Boris Johnson, premier ministre britannique démissionnaire

La chute du coloré premier ministre, rendue inévitable par une vague de démissions au sein de son Cabinet, survient à peine deux ans et demi après qu'il eut dirigé ses troupes à une éclatante victoire aux élections législatives.

Plusieurs personnes applaudissent, dont Carrie Johnson, qui tient sa fille dans un porte-bébé.

L'annonce de Boris Johnson a été faite sous le regard de membres de sa garde rapprochée, mais aussi de sa femme, Carrie, et de leur fille, Romy.

PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / AP/STEFAN ROUSSEAU

Je veux dire aux millions de personnes qui ont voté pour nous en 2019 [...] : merci pour ce mandat incroyable, avec la plus importante majorité conservatrice depuis 1987, et la plus importante part du vote depuis 1979, a déclaré le premier ministre lors d'une brève allocution devant sa résidence officielle du 10, Downing Street.

« La raison pour laquelle je me suis battu si fort ces derniers jours pour continuer de remplir ce mandat, ce n'était pas seulement parce que je le voulais, mais parce que je sentais que c'était mon travail, mon devoir, mon obligation, de continuer à faire ce que nous avions promis en 2019. »

— Une citation de  Boris Johnson, premier ministre britannique démissionnaire

La démission fracassante mardi soir des ministres des Finances et de la Santé, Rishi Sunak et Sajid Javid, suivie par celles de dizaines d'autres membres du Cabinet et de responsables au sein du gouvernement, a sonné le glas pour M. Johnson.

Mercredi soir, le premier ministre résistait toujours obstinément aux pressions en faveur de son départ qui se multipliaient, en arguant qu'il devait remplir le mandat que lui avaient confié les électeurs. Les démissions qui se sont poursuivies ont cependant fini par avoir raison de lui.

L'instinct de meute est puissant

En confirmant sa démission, Boris Johnson a convenu que personne n'est indispensable en politique et que le système politique darwinien allait forcément désigner un successeur, mais il n'a pu dissimuler une pointe d'amertume en évoquant le tumulte des derniers jours.

« Je regrette de ne pas avoir remporté ce débat et, bien sûr, il est douloureux de ne pas pouvoir mettre en œuvre ces idées et ces projets moi-même. Mais comme nous l'avons vu à Westminster [siège du Parlement, NDLR], l'instinct de meute est puissant, et quand la meute bouge, elle bouge. »

— Une citation de  Boris Johnson, premier ministre britannique démissionnaire

Le principal legs politique de Boris Johnson sera, sans contredit, d'avoir concrétisé le Brexit, dont il avait été un des plus farouches partisans, après des mois d'échecs dans les négociations menées par sa prédécesseure, Theresa May, et d'avoir négocié un accord de divorce avec l'Union européenne.

Son règne aura cependant été marqué par de nombreux scandales, notamment celui du partygate, concernant les fêtes au 10, Downing Street auxquelles il a participé, alors que les Britanniques étaient tenus de respecter des règles sanitaires strictes en raison de la COVID-19.

Dans ce dossier, comme dans d'autres, M. Johnson aura souvent plaidé l'innocence, avant d'être contraint d'admettre qu'il avait bel et bien fauté, quitte à s'excuser profusément, soulevant des questions de plus en plus insistantes sur sa crédibilité et ses qualités de leader.

Le dernier scandale qu'il l'a emporté s'inscrivait dans cette tendance : après avoir affirmé ne pas avoir su qu'un whip adjoint qu'il a nommé en février était soupçonné d'inconduite sexuelle, il a dû faire marche arrière et admettre qu'il en avait été dûment informé.

M. Johnson avait survécu le mois dernier à un vote de défiance, mais 40 % des députés conservateurs avaient refusé de lui accorder leur confiance. Il était en théorie à l'abri d'un nouveau vote pendant un an, mais le comité conservateur responsable des règles du parti était sous pression pour en organiser un second à brève échéance.

Réagissant au départ du premier ministre qui avait été ébruité par la BBC, le chef de l'opposition travailliste, Keir Starmer, avait dit y voir une bonne nouvelle.

Mais nous n'avons pas besoin d'un changement à la tête des Tories. Nous avons besoin d'un vrai changement de gouvernement, a-t-il fait valoir, menaçant d'organiser un vote de défiance à la Chambre si M. Johnson restait au pouvoir. Il doit partir complètement, avait-il insisté.

Les médias britanniques regorgent également de propos de députés conservateurs qui doutent de la capacité de M. Johnson à mener les troupes conservatrices pour encore des mois à la Chambre des communes et qui auraient préféré qu'un leader intérimaire soit désigné.

Radio Canada

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment

Info en Direct


search

À la une

les plus lus

Mistral : l’Egypte et l’Arabie saoudite candidates au rachat des navires (le monde)

Mistral : l’Egypte et l’Arabie saoudite candidates au rachat des navires (le monde)

Raul Castro au défilé du 9 mai à Moscou

Raul Castro au défilé du 9 mai à Moscou

Retrait du Traité FCE: Moscou envoie un signal à l’Otan

Retrait du Traité FCE: Moscou envoie un signal à l’Otan

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

13 July 2022
La revue de Presse de ce 13 juillet 2022

Les crimes oubliés en RDC

À quand la déclaration de l'état de Guerre en RDC

Le Panafricaniste Kemi Seba parle du criminel Kagame et de la RDC

RDC:les nouvelles recrues des FARDC veulent en finir avec les agressions récurentes du Rwanda

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom