« Marche de Lamuka : Ngobila dit non ! », titre L’AVENIR qui rapporte que le gouverneur de Kinshasa n’a pas pris acte de la marche projetée par la plateforme d’opposition ce 15 septembre afin de dire non à la politisation de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Pour Ngobila, poursuit le journal, cette activité est susceptible d’entraîner une contamination massive à la Covid-19.

Alors que le gouverneur de la ville pousse des raisons sanitaires pour interdire la marche de Lamuka, au quartier populaire Camp Luka, le parti de Christophe Mboso a organisé un meeting qui a mobilisé une grande foule, rapporte CONGO NOUVEAU.

Le trihebdomadaire indique que le leader du parti Convention pour la République et la Démocratie (CRD) a invité les populations de ce quartier habité majoritairement par les ressortissants du grand Bandundu, à soutenir les actions du président Tshisekedi. Il prépare ainsi le terrain pour Tshisekedi dans ce coin pro-opposition, en perspective des élections de 2023, renchérit le tabloïd.

Dans un autre sujet, AFRICA NEWS rappelle que les « généraux attendent leurs jeeps bloquées depuis 2 ans ». Le trihebdomadaire fait état d’une « énorme frustration » parmi les généraux de Brigade nommés en 2018 sous Joseph Kabila face au retard pris par le gouvernement de mettre à leur disposition les jeeps de marque Fortuner leur offertes à l’époque. Cela, après le « traitement de faveur » accordé à la commande des véhicules 4X4 au profit des membres du gouvernement Sama Lukonde et les démarches actives du speaker de l’Assemblée nationale visant à bénéficier d’une exonération totale des taxes et autres charges dues à la SCTP pour permettre aux 500 députés nationaux d’avoir, eux aussi, accès à leurs transports.

L’AGENCE CONGOLAISE DE PRESSE rapporte le lancement dimanche par le chef de l’Etat, à partir du Camp Tshatshi à Kinshasa/Ngaliema, des Cantines et points de vente des produits agricoles, fruit des récoltes réalisées par le Service National, qui seront déployées dans tous les camps de la République Démocratique du Congo.

A titre illustratif, un sac de maïs qui coûte 98.000 FC, coûtera 18.000 FC  dans ces  cantines militaires, rapporte l’agencier.

Socrate Nsimba /digitalcongo.net