« La justice entre en danse, le patron du CALCC convoqué ce mercredi », annonce Forum des as dans sa livraison de ce mercredi 24 novembre 2021. En effet, Aussitôt émis, le mandat de comparution destiné au président du CALCC (Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques du Congo) a fait le tour de Kinshasa, peut-être même du pays.

La magie des NTIC est passée par là. De sorte qu’en ce mercredi 24 novembre, les laïcs catholiques et protestants en particulier, et les Congolais en général auront leurs yeux rivés vers le parquet près le TGI Kin/Gombe, pour savoir ce que l’officier du ministère public retiendra comme grief à l’encontre du n°1 du CALCC. D’ores et déjà, la convocation fait état des faits infractionnels imputés à Jean-Bosco Lalopkasha.

Nombre d’observateurs, note ce journal, subodorent qu’il y a une forte probabilité que les faits infractionnels en question soient liés au sit-in étouffé devant la Ceni du lundi 22 novembre. Cette manif interdite a été l’œuvre des Forces politiques et sociales conduites par le CALCC et le MILAPRO. Il y a eu des altercations entre policiers et manifestants. L’on signale même certaines interpellations. Est-ce ceci expliquerait-il cela ? Y aurait-il un lien de cause à effet, entre les incidents de lundi dernier et la convocation du président du CALCC ? Trêve d’anticipation. La réponse à l’issue du premier face-à-face entre Jean-Bosco Lalopkasha et l’officier du ministère public.

L’Agence congolaise de presse (ACP) s’intéresse à l’évolution de la coopération RDC-Zambie. Selon cette agence, les Présidents Félix Tshisekedi et Hakainde Hichilema se sont accordés pour une synergie des efforts en vue du développement de leurs pays.

Le Président de la République démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo , a déclaré mardi, au cours d’une conférence de presse co-animée, au Palais de la Nation, avec son homologue zambien, Hakainde Hichilema, en visite officielle à Kinshasa, que son pays et la Zambie optent pour une synergie des efforts, en vue du développement de leurs pays, à travers  notamment des infrastructures, des ponts et des routes.

Le Chef de l’Etat congolais l’a dit  à l’issue de leurs échanges en tête-à-tête qui ont porté, selon lui, sur les sujets d’intérêt commun et la coopération bilatérale.

«Nos échanges ont tourné autour du réchauffement de la coopération entre nos deux pays, sur les plans sécuritaire et économique. Nous nous sommes appesantis sur la situation du poste frontalier de Kasumbalesa, qui connaît  un engorgement à cause du manque des infrastructures », a déclaré d’emblée le Président Tshisekedi.

Radiookapi.net rapporte pour sa part que la Commission défense et sécurité de l’assemblée nationale plaide pour l’augmentation du budget des forces de sécurité et des services de renseignements.

Cette Commission plaide pour l'amélioration du budget alloué à l’armée nationale, à la police nationale congolaise, à la Direction générale de migration (DGM), à l’Agence nationale de renseignements (ANR) et à la Détection Militaire des Activités Anti-Patrie (DEMIAP).

Au cours d’une séance de travail sur la loi des finances 2022, sous examen au sein de la commission économico-financière (ECOFIN), les membres de la commission défense et sécurité ont insisté sur la « nécessité de mobiliser des moyens conséquents pour mettre fin à l’insécurité qui prévaut dans l’Est du pays ».

Les responsables de l’armée, la police, la DGM, de l’ANR, et de la DEMIAP ont travaillé avec la commission pour qu’une meilleure prise en charge soit allouée aux militaires et policiers notamment en vue de leur permettre de donner un meilleur rendement sur le terrain, a expliqué, Bertin Mobonzi, président de la commission défense et sécurité.

« Pour la commission, il est temps d'être sûr que notre armée a les moyens qu'il faut. Cette démarche vise aux membres de la commission d'avoir un regard sur l'homme qui est au front pour mener victorieusement cette guerre », a-t-il dit.

Ilenda wa Ilenda / digitalcongo.net