Dimanche  5 fevrier 2023 11:51
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

POLITIQUE

L'actualité Politique de la semaine en RDC

C’est une vidéo qui fait parler d’elle sur la Toile. On y voit Vidiye Tshimanga, conseillers démissionnaire du président congolais, Félix Tshisekedi, proposer ses services à des investisseurs. Une vidéo, tournée en caméra cachée révélée par une enquête du journal suisse Le Temps, et un consortium de journalistes, OCCRP spécialisé dans la lutte contre la corruption, dans laquelle ce proche du pouvoir déclare être en mesure faciliter l’accès aux mines de son pays. Des accusations nié par Vidiye Tshimanga qui a remis sa démission à la présidence.

 

Les journalistes de OCCRP et du Temps sont partis de cette vidéo pour leur enquête. Elle comporte plusieurs extraits de différents entretiens, en visioconférences et en présentiels, que Vidiye Tshimanga aurait eu avec des personnes qui se sont présentées comme des « investisseurs ».

Dans ces extraits, le conseiller du président  explique le rôle qu’il tient aujourd’hui auprès de Félix Tshisekedi et dit clairement à ses interlocuteurs qu’il peut les aider à obtenir des contrats miniers. Il met en avant sa proximité avec le chef de l’État, déclare avoir financé sa campagne présidentielle. Il dit aussi que s’ils font affaire ensemble, il va « gagner de l’argent » et qu’ils vont partager les parts de la société qu’ils vont monter ensemble.

Il évoque, en exemple, un précédent montage financier avec une entité baptisée Ivanhoe. Une société avec laquelle aurait fait affaire et dans laquelle il aurait obtenu 20% des parts. C’est le chiffre qui marque : 20% de commission pour obtenir des contrats miniers en RDC.

 

La défense du conseiller

L’article du Temps donne la parole à Vidiye Tshimanga qui se défend de ces accusations. C’est comme ça que les auteurs de l’enquête ont pu authentifier ces vidéos. Ils ont rencontré Vidiye Tshimanga qui leur a confirmé avoir bien eu ces discussions, mais rejette les accusations.

 Aux auteurs de l’enquête, il a donné trois explications : que ces rendez-vous étaient dans un cadre privé, que l’enregistrement n’était pas fiable et finalement, qu’il savait que c’était un piège. Vidiye Tshimanga affirme qu’il a voulu retourner ce piège contre ses auteurs. Selon l’un des journalistes contactés, le conseiller a mis en avant d'autres enregistrements de ces rendez-vous, mais il n’a pas souhaité leur faire écouter en intégralité.

 

Dans l'après-midi ce vendredi, Vidiye Tshimanga a publié un communiqué annonçant sa démission de ses fonctions de conseiller « afin de faire toute la lumière sur les commanditaires de ce montage grossier… La blessure étant malheureusement trop ouverte à ce stade, la présente me parait être la seule décision de dignité à prendre. »

Un piège

Une affaire qui après la parution de cette enquête converse encore des zones d’ombre. Premièrement, on ne sait pas qui sont ces mystérieux investisseurs. Il y a un doute sur leurs identités, les journalistes n’ont pas pu remonter jusqu’à eux et la société dont ils se revendiquent existe, mais nie toute opération avec le Congo.

Enfin, les auteurs de l’article évoquent eux-mêmes une certaine prudence. Pour eux, le conseiller du président a clairement été piégé. Par qui ? C’est toute la question. Ils disent poursuivre leur enquête dans ce sens pour tenter de comprendre d’où vient cette vidéo et pourquoi elle leur a été communiquée.

Ce vendredi matin, la présidence congolaise a publié un communiqué. Sans citer le nom du conseiller Vidiye Tshimanga. Cette déclaration assure que « toute personne, y compris au sein du cabinet du Président de la République, dont le comportement avéré aura enfreint la loi, la déontologie de sa fonction ou le règlement d'ordre intérieur du cabinet, subira la rigueur de leurs effets ».On a reçu cette vidéo à travers un intermédiaire qui prétendait vouloir nettoyer le Congo et être une sorte de chevalier blanc.

Rfi

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment

Articles similaires
  • 06/23/2022
  • By RDC Nouvelles
RDC: Vital Kamerhe acquitté

Le verdict en appel dans l’affaire mettant en cause l'ancien directeur de cabinet du chef de l'Etat, Vital Kamerhe et ses coaccusés dite « Affaire 100 jours », est tombé ce jeudi. Le président de...

Info en Direct


search

À la une

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

Félix Tshisekedi et Paul Kagame à un sommet des États d'Afrique de l'Est peu fructueux

Félix Tshisekedi et Paul Kagame à un sommet des États d'Afrique de l'Est peu fructueux

Le Conseil de sécurité de l’ONU condamne la récente série d’attaques du M23 et ses avancées au Nord-Kivu

Le Conseil de sécurité de l’ONU condamne la récente série d’attaques du M23 et ses avancées au Nord-Kivu

Est de la RDC: le front se déplace vers l'ouest

Est de la RDC: le front se déplace vers l'ouest

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

11 January 2023
La Revue de Presse de ce 11 janvier 2023

Les crimes oubliés en RDC

À quand la déclaration de l'état de Guerre en RDC

Le Panafricaniste Kemi Seba parle du criminel Kagame et de la RDC

RDC:les nouvelles recrues des FARDC veulent en finir avec les agressions récurentes du Rwanda

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom