Dimanche  26 septembre 2021 14:45
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

ASIE / Moyen-Orient

L'actualité de la semaine en Asie

Difficile de savoir encore qui contrôle la province afghane du Panshir, au nord de Kaboul. Le dernier bastion de la résistance face aux talibans a subi de lourdes pertes au cours de ces dernières 24 heures. D'un côté, les nouveaux maîtres du pays disent avoir pris le contrôle « complet » de cette vallée ce lundi 6 septembre. De l'autre, les forces d’Ahmad Massoud ont confirmé la mort de deux de ses militants emblématiques, mais nie avoir perdu le contrôle de la région. Le fils du commandant Ahmed Shah Massoud a même appelé à un « soulèvement national ».

 

La vallée du Panshir, enclavée et difficile d'accès, à 80 km au nord de Kaboul, était considérée comme le dernier foyer d'opposition armée aux talibans, qui ont pris le pouvoir le 15 août après une campagne militaire éclair. Dans un communiqué publié lundi 6 septembre, le principal porte-parole taliban a annoncé la prise totale de la région. « Avec cette victoire, notre pays est désormais complètement sorti du marasme de la guerre », a déclaré Zabihullah Mujahid. Les nouveaux maîtres de Kaboul ont posté plusieurs courtes vidéos sur Twitter. Sur l’une d’entre elles, on les voit hissant leur drapeau dans ce qu’ils présentent comme la capitale provinciale du Panshir.

Mais dans un tweet, le Front national de résistance (FNR) a déclaré, ce lundi matin, que « les affirmations des talibans selon lesquelles ils contrôleraient le Panshir sont fausses », ajoutant être présent « dans toutes les positions stratégiques dans la vallée pour continuer la lutteLa lutte contre les talibans et leurs partenaires continuera jusqu’à ce que la justice et la liberté règnent. »

Plus encore, Ahmad Massoud, le chef du FNR, a appelé à un « soulèvement national » contre les nouveaux maîtres de l'Afghanistan. « Où que vous soyez, dedans ou en dehors [de l'Afghanistan], je vous appelle à lancer un soulèvement national pour la dignité, la liberté et la prospérité de notre pays », a-t-il déclaré dans un message sonore envoyé aux médias. « Chacun doit se relever et crier pour la justice ». Puis, il a adressé un message à la communauté internationale en lui reprochant d'avoir créé « une occasion erronée pour les talibans », qui a fait que « les talibans ont osé faire semblant qu’ils avaient changé. Malheureusement, ils n’ont pas changé ; ils sont encore plus extrémistes, plus fanatiques et plus cruels qu’avant ».

Deux grandes figures de la résistance panshirie tuées

Le mouvement a toutefois confirmé la mort de Fahim Dashty et du général Abdul Wudod Zara dans la nuit : deux grandes figures de la résistance panshirie contre les talibans.

Fahim Dashty, porte-parole du FNR, était un journaliste et militant panshiri, proche du commandant Ahmed Shah Massoud. Un homme au regard triste, avec un pakol beige en permanence sur la tête et une veste multipoches assortie, souligne notre correspondante à Islamabad, Sonia Ghezali.

Il racontait toujours avec émotion la mort du commandant Massoud auprès duquel il se trouvait, lorsque deux combattants d’al-Qaïda se faisant passer pour des journalistes ont fait exploser leur bombe dissimulée dans leur caméra le 9 septembre 2001. Ce qui a tué celui qui était surnommé le « Lion du Panshir ».

Fahim Dashty, présent dans la pièce, avait survécu malgré d’importantes blessures. Il avait été soigné en France avant de repartir en Afghanistan où son combat pour la liberté de la presse est saluée par tous ses confrères.

Sa mort, ainsi que celle du général Abdul Wudod Zara, porte un coup dur à la résistance panshirie, qui a appelé dimanche 5 septembre les talibans à un cessez-le-feu après les combats qui ont fait rage au cours des derniers jours. Ahmad Massoud avait déclaré quelques jours plus tôt qu'il était prêt à discuter, une fois que les talibans auraient retiré leurs troupes de la vallée du Panshir.

« Quiconque tente de créer une insurrection sera durement réprimé »

Si les affirmations des talibans s’avéraient exactes, il s’agirait de la première fois que le Panshir tombe aux mains ennemies. Le bastion anti-taliban de longue date a réussi à résister à l’occupation soviétique dans les années 1980, ainsi qu’à la première ascension des talibans au pouvoir de 1996 à 2001.

Des discussions avaient initialement eu lieu entre les anciens insurgés et le FNR, qui souhaite l'instauration d'un système de gouvernement décentralisé. Les deux camps disaient vouloir éviter les combats, mais aucun compromis n'avait finalement pu être trouvé.

Lors d’une conférence de presse lundi matin, le porte-parole taliban a mis en garde quiconque tenterait de leur résister : « L'Émirat islamique est très susceptible au sujet des insurrections. Quiconque tente de créer une insurrection sera durement réprimé. »

Lors de la même conférence de presse lundi matin, Zabihullah Mujahid a également annoncé que les membres des « forces afghanes formées ces 20 dernières années seront appelés à rejoindre les services de sécurité aux côtés des talibans ».

L’annonce des talibans d’une victoire dans la province du Panshir, et donc d’un contrôle total du pays, intervient alors que l’on attend toujours la formation de leur gouvernement. 

L'Iran condamne « fermement » l'assaut des talibans

Dans ce contexte encore confus dans la vallée rebelle, le chef de la diplomatie américaine Anthony Blinken est attendu à Doha pour y évoquer la situation en Afghanistan.

 

De son côté, l'Iran a condamné « fermement », ce lundi, l'assaut des talibans contre la vallée rebelle. « Les nouvelles en provenance du Panshir sont vraiment inquiétantes. L'assaut [...] est fermement condamné », a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne, Saïd Khatibzadeh, lors d'un point de presse à Téhéran.

La République islamique chiite d'Iran, qui partage avec l'Afghanistan une frontière de plus de 900 km, s'était jusque-là abstenue de critiquer les talibans sunnites depuis leur prise du pouvoir à Kaboul le 15 août.

« Sur la question du Panshir, j'ai insisté sur le fait qu'elle doit être résolue par le dialogue et en présence de tous les chefs traditionnels afghans », a dit Saïd Khatibzadeh. « Les talibans doivent également respecter leurs obligations en vertu du droit international, et leurs engagements », a poursuivi le porte-parole iranien, assurant que « l'Iran met tout en œuvre pour mettre fin aux souffrances du peuple afghan et favoriser la formation d'un gouvernement représentant tous les Afghans ».

Dans une allusion au Pakistan, le porte-parole de la diplomatie iranienne a également condamné « toute ingérence étrangère » dans les affaires afghanes. « Nous voudrions informer nos amis, et ceux qui pourraient commettre l'erreur stratégique d'entrer en Afghanistan avec des intentions différentes, que l'Afghanistan n'est pas un pays qui accepte l'ennemi [ou] l'agresseur » sur son sol.

Géographiquement, c'est une vallée qui est à la fois une voie de communication vers Kaboul, mais qui est aussi très, très difficile pour protéger tout ce qui circule dans cette vallée. C'est un peu un piège. Les Soviétiques ont dû mener 9 opérations majeures. Ils les ont toutes perdues à l'époque du commandant Massoud qui a retenu les avancées soviétiques. C'est aussi une vallée d'interconnexion avec les pays du nord, avec l'Iran qui manifeste la réprobation des attaques talibanes dans la vallée du Panshir, mais au nord vous avez le Tadjikistan[.../...]Mon sentiment est que Massoud n'est pas suffisamment armé pour pouvoir contrer les actions talibanes. Ils vont probablement préconiser un dialogue inclusif, une négociation...

RFI

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

Traduction

Google Translate Widget by Infofru

Author Site Reviewresults

Les articles les plus lus

Corée du Nord:«Tout le territoire américain est à notre portée»

Corée du Nord:«Tout le territoire américain est à notre portée»

SYRIE: LES ISIS HUNTERS, CES SOLDATS DU RÉGIME DE DAMAS FORMÉS PAR LA RUSSIE

SYRIE: LES ISIS HUNTERS, CES SOLDATS DU RÉGIME DE DAMAS FORMÉS PAR LA RUSSIE

Bataille de Marawi : les forces américaines en soutien à l'armée philippine face à l'EI

Bataille de Marawi : les forces américaines en soutien à l'armée philippine face à l'EI

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

21 September 2021
La revue de presse de ce mardi 21 septembre 2021

La Vidéo de la Semaine

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom