Dimanche  20 septembre 2020 18:09
French Chinese (Simplified) English Hindi
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

POLITIQUE

L'actualité Politique de la semaine en RDC

En première ligne, les enfants du Dircab du chef de l'Etat ont défilé parmi les manifestants pour exiger qu’on relâche leur père

Les rues de Kinshasa et de plusieurs villes de la République démocratique du Congo ont été prises d’assaut le vendredi 7 août dernier. Au front, les militants de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) ont bravé l’interdit en maintenant leurs marches pour exiger la libération de leur président national, incarcéré à l’ex-Prison de Makala. Parmi les manifestants, les enfants de Vital Kamerhe, mobilisés pour réclamer la relaxe de leur père.

A Kinshasa, des milliers de partisans et sympathisants de Vital Kamerhe ont répondu à l’appel de son parti, l’UNC, le vendredi 7 août, jour initialement prévu pour le démarrage de son procès en appel à la Cour d’appel. Vêtus de leur tenue vedette ‘‘pièce contre pièce’’ (uniforme bleu et jaune réservé aux prisonniers) que Vital Kamerhe avait portée le jour du début du procès, ils ont dévalé les rues de la capitale, drapeaux rouge et blanc en main, en route vers le Centre pénitentiaire de rééducation de Kinshasa (CPRK) où est détenu leur leader, condamné à 20 ans des travaux forcés pour détournement des fonds destinés à l’exécution du programme de 100 jours dans son volet maisons préfabriquées.

Partie de l’avenue de l’Enseignement où est implanté le siège national du parti, la marche de l’UNC a progressé sans incident vers Kimpwanza et Saio. Déterminés, les militants de cette formation politique ont, en effet, bravé l’interdiction de l’autorité urbaine qui, à travers une lettre diffusée le jeudi dernier, a motivé son refus en brandissant le risque de contamination à la covid-19.

LA COMPLAINTE DE DIDIER KAMERHE

Tout au long de la procession, les militants de l’UNC, les enfants du leader du parti en tête, n’ont cessé d’exiger l’implication du Président de la république pour obtenir la libération de Vital Kamerhe, ‘‘arrêté injustement et sans preuve’’. Refrain fredonné par Didier Kamerhe, un de fils du détenu, qui estime que son père est un prisonnier politique, d’autant plus que ses détracteurs n’ont pas été en mesure de prouver qu’il a détourné des fonds destinés à l’exécution du Programme de 100 jours du chef de l’Etat.

Freinée par une ceinture des policiers, la colonne de manifestants a terminé sa course au niveau du rond-point Moulaert, dans la commune de Bandalungwa. Les participants à la marche se sont alors arrêtés pour écouter le n°2 du parti, Aimé Boji.

UNE MARCHE SANS CASSE NI INTERPELLATION

Fier de la discipline observée et de cette mobilisation monstre, le Secrétaire général ai de l’UNC a félicité les militants et sympathisants qui sont venus nombreux pour exiger l’acquittement de Vital Kamerhe, tout en s’abstenant de casses et autres actes de violences. «Je félicite nos militants qui ont montré qu’ils sont tous disciplinés comme notre leader», a déclaré Aimé Boji.

«A ceux qui croyaient qu’ils ont le monopole de Kinshasa, nous leur avons démontré le contraire aujourd’hui», a-t-il clamé. «Félicitations donc à tous, parce qu’aujourd’hui, nous avons montré à toute la RDC et au monde que nous sommes un parti fort. Nous avons un grand leader. Il n’est pas avec nous, mais la mobilisation est au rendez-vous», s’est réjoui Aimé Boji, tout satisfait.

Le Secrétaire général ai de l’UNC a également saisi l’occasion pour féliciter la Police nationale qui a fait preuve de professionnalisme. «Nous félicitons les forces de l’ordre qui nous ont bien encadrés. Les policiers n’ont usé ni de gaz lacrymogènes, ni des tirs à balle réelle. Ils n’ont pas non plus procédé à des arrestations», a lâché Aimé Boji.

DES MARCHES PRO-KAMERHE DANS 23 PROVINCES

Comme à Kinshasa, des dizaines de milliers de partisans de l’UNC sont également descendus dans les rues en province. Des marches ont été enregistrées à Bukavu, Goma, Beni, Lubumbashi, Mbuji-Mayi, Kananga…et dans les villes de Tshopo et de Tanganyika, rapportent de hauts cadres du parti. «Nos militants ont marché dans 23 provinces sur les 26 que compte le pays», a déclaré à ‘‘Forum des As’’ Christian Buhendwa, le Secrétaire fédéral de l’UNC/Belgique.

Pour ces militants de l’UNC, leur leader est victime d’un coup fourré, monté dans les officines occultes pour l’éliminer de la course pour l’élection présidentielle de 2023. Ils se sont, dès lors, décidé à manifester chaque fois qu’il y aura une audience du procès en appel contre le directeur de cabinet du président de la République.

LES REMERCIEMENTS DE VITAL KAMERHE

Réagissant à cette marque de solidarité, Vital Kamerhe a remercié sa famille biologique ainsi que tous les militants de son parti et bien d’autres sympathisants qui ont marché pour soutenir sa cause. «Je tiens à remercier du fond de mon cœur chacune et chacun de vous qui a bravé la peur pour réclamer ma libération sans condition en ce moment difficile que je traverse dans la prison centrale de Makala», a-t-il écrit du fond de sa cellule, dans un communiqué publié tard dans la soirée du vendredi 7 août.

Vital Kamerhe a témoigné sa gratitude à toutes ces personnes qui l’ont soutenu en ce jour où son procès en appel à l’ex-prison de Makala a été de nouveau renvoyé au 27 août pour régularisation de la saisine. Pour leur part, les hauts cadres de l’UNC se frottent les mains, fiers d’avoir réussi une part de leur mission, ce test de popularité à travers le pays, destiné à mobiliser l’opinion tant nationale qu’internationale. Partis rendre visite à leur leader au CPRK le week-end dernier, ils promettent de continuer à faire pression pour que justice soit faite. L’UNC demande, dès lors, à la Cour d’appel de Kinshasa de dire le droit et rien que le droit. 

Eric Wemba et Yves Kalikat / Forum des As

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

À la une

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

ATUNDU S’INTÉRROGE : " MALADRESSE D’UN ZÉLÉ REPRÉSENTANT DE KIGALI OU D’UN TEST DU RWANDA DE LA CAPACITÉ DE RIPOSTE DES AUTORITÉS CONGOLAISES ?"

ATUNDU S’INTÉRROGE : " MALADRESSE D’UN ZÉLÉ REPRÉSENTANT DE KIGALI OU D’UN TEST DU RWANDA DE LA CAPACITÉ DE RIPOSTE DES AUTORITÉS CONGOLAISES ?"

RDC : Atundu Liongo appelle à l’apaisement au sein de la coalition FCC-CACH

RDC : Atundu Liongo appelle à l’apaisement au sein de la coalition FCC-CACH

La CENCO aux parlementaires : « Ne votez pas des lois qui ne rencontrent pas le bien du peuple »

La CENCO aux parlementaires : « Ne votez pas des lois qui ne rencontrent pas le bien du peuple »

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

10 March 2020
La revue de Presse de ce mardi 10 mars 2020

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom