Samedi  10 decembre 2022 04:20
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

AFRIQUE

L'actualité de la semaine en Afrique

Les puissances étrangères ont salué la trêve signée par le gouvernement éthiopien et les dirigeants tigréens pour mettre fin à la guerre brutale dans le nord du pays et permettre l'acheminement de l'aide aux personnes menacées par la famine, mais des questions subsistent quant à sa réussite.

Un jour après la fin des applaudissements lors de la cérémonie de signature à Pretoria, la capitale de l'Afrique du Sud, le son de l'artillerie résonne encore dans les montagnes du Tigré.

L'accord est globalement conforme aux objectifs du Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, lorsqu'il a lancé ce qu'il a appelé une "opération de maintien de l'ordre" contre le parti au pouvoir dans la région - le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) - il y a deux ans, presque jour pour jour

Un processus de désarmement négocié des combattants tigréens sera mis en place.

L'ascension de M. Abiy est marquée par le fait que l'accord est conclu avec le TPLF, et non - comme le souhaitaient les Tigréens - avec le "gouvernement du Tigré".

Il rejette les élections de 2020 au Tigré, remportées par le TPLF, et prévoit un nouveau scrutin.

Le gouvernement fédéral avait pourtant exigé la reddition complète du TPLF. Il n'y est pas parvenu.

Il a promis de retirer au TPLF son statut d'organisation terroriste et d'entamer des négociations politiques avec lui sur la manière dont le Tigré devrait être géré.

L'accord souligne que les deux parties respecteront la constitution fédérale existante.

Il s'agit notamment de régler le statut de régions telles que le Tigré occidental, riche en agriculture, saisi par la région voisine d'Amhara au cours des premières semaines de la guerre, par des moyens constitutionnels.

L'accord ne dit pas si l'administration tigréenne - et les agriculteurs chassés - reviendront en premier.

L'élément humanitaire de l'accord ouvre la voie à la fin de la famine et des privations qui ont coûté la vie à près d'un million de personnes.

Selon des recherches publiées par des universitaires belges, ce chiffre comprend peut-être 10 % de la population du Tigré, qui compte environ six millions d'habitants.

Après deux ans de blocus et de famine, et sous la pression militaire incessante des forces conjointes des armées éthiopienne et érythréenne et des forces de la région d'Amhara, les dirigeants du Tigré ont fait d'énormes concessions.

Leur calcul semble être que la survie de la population du Tigré était en jeu.

La guerre dans le nord de l'Éthiopie a provoqué une crise humanitaire massive.

Plus d'un million de personnes ont été déplacées depuis la reprise des combats en août, dans l'impossibilité de récolter leurs cultures.

Des personnes meurent de maladies traitables, les hôpitaux étant à court de médicaments de base tels que l'insuline et les antibiotiques. Rien ne laissait présager la fin de cette situation.

Pour les millions de personnes qui ont été privées de nourriture, de médicaments et d'autres services de base, l'aide essentielle ne saurait arriver un jour trop tôt.

Questions essentielles

Il y a beaucoup de questions sans réponse. Trois d'entre elles sont particulièrement cruciales.

La première concerne l'Érythrée.

Selon les diplomates occidentaux, l'offensive militaire qui a brisé les lignes de défense du Tigré était une opération conjointe érythréenne et éthiopienne dirigée depuis Asmara.

L'Érythrée n'est pas nommément mentionnée dans l'accord. Mais le texte comprend une disposition visant à mettre fin à la "collusion avec toute force extérieure hostile à l'une ou l'autre des parties", ce qui pourrait vraisemblablement désigner l'Érythrée.

Nombreux sont ceux qui doutent que le gouvernement fédéral ait les moyens de mettre en œuvre cette disposition. Le président érythréen Isaias Afewerki n'est pas partie à l'accord et a les moyens de poursuivre la guerre quel que soit l'accord conclu par M. Abiy.

Deuxièmement, le contrôle et la vérification.

L'accord est un triomphe pour la stratégie diplomatique de l'Éthiopie consistant à tenir la communauté internationale à distance.Le mécanisme de surveillance, de vérification et de respect de l'accord ne comprend qu'une petite unité - 10 personnes au maximum - qui rend compte au panel de l'Union africaine (UA) présidé par l'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo.

À son tour, le mandat de M. Obasanjo émane du président de la Commission de l'UA, Moussa Faki, et non du Conseil de paix et de sécurité de l'UA. L'ONU est totalement exclue.

L'évaluation des rapports de violations et le règlement des différends seront laissés à la discrétion de deux hommes - M. Obasanjo et M. Faki - un mécanisme de surveillance pour le moins inhabituel.

Il est d'usage que les accords de paix de haut niveau soient observés par des partenaires internationaux.

Dans le cas présent, l'UA n'a autorisé que les Nations unies, les États-Unis et l'organisme régional est-africain Igad en tant qu'observateurs, mais aucun d'entre eux n'a signé l'accord.

Patients dans un hôpital.

CRÉDIT PHOTO,AFP

 
Légende image,

Les patients des hôpitaux du Tigré sont confrontés à un manque de médicaments et d'équipements.

L'UE n'a pas été autorisée à assister à la réunion, bien qu'elle soit le principal bailleur de fonds de l'UA.

L'Éthiopie et l'UA compteront néanmoins sur le soutien de la communauté internationale, notamment parce que l'Éthiopie a désespérément besoin d'aide étrangère.

Troisièmement, la justice et la responsabilité.

L'accord prévoit que le gouvernement éthiopien mette en place une "politique nationale globale de justice transitionnelle", sans faire mention d'une quelconque enquête internationale, par exemple par le Conseil des droits de l'homme des Nations unies ou la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples.

M. Obasanjo a fait remarquer que la signature d'un accord n'est que la première étape, et que sa mise en œuvre est un travail beaucoup plus difficile.

Les perspectives de paix, de fin des atrocités et de la famine dans le Tigré et de stabilisation de l'Éthiopie dépendent largement de la bonne foi du gouvernement fédéral.

Un premier test sera sa promesse de ne faire que des déclarations publiques conjointes avec le TPLF et de mettre fin à la "propagande hostile, à la rhétorique et aux discours de haine".

"Termes humiliants"

Les Tigréens, chez eux et dans la diaspora, ont accueilli l'accord avec consternation.

Il est possible que certains commandants tigréens préfèrent poursuivre la guérilla plutôt que de se soumettre à ce qu'ils considèrent comme des conditions de paix humiliantes.

Au sein de la communauté internationale, nombreux sont ceux qui supposent que M. Abiy a de bonnes intentions et qu'il retrouvera la voie de la paix, de la démocratie et de la stabilité si on lui en donne l'occasion.

D'autres craignent que la leçon que M. Abiy, M. Isaias et d'autres auront apprise soit le contraire, à savoir qu'une force écrasante, une famine durable et un black-out de l'information sont des armes efficaces dans la poursuite de leurs objectifs.Les Éthiopiens espèrent que ces mêmes méthodes ne seront pas appliquées pour résoudre d'autres problèmes politiques, notamment l'insurrection persistante dans la région d'Oromia.

L'accord repose sur la conviction que M. Abiy sortira l'Éthiopie de sa crise.

Le tout premier test de cette hypothèse optimiste était de savoir si les armes se tairaient jeudi. Cela ne s'est pas produit.

Au contraire, la journée a été marquée par de violents combats, notamment des attaques de grande envergure menées par les armées éthiopienne et érythréenne sur trois fronts, selon des sources dans la région. Les Tigréens résistent et tiendraient bon.

La crédibilité de l'UA et des observateurs internationaux participant aux pourparlers - l'ONU, les États-Unis et l'Igad - repose sur leur volonté de dénoncer les contrevenants de tous bords.

 

BBC

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment

Info en Direct


search

À la une

les plus lus

Un "pasteur "sud-africain fait manger des serpents vivants à ses fidèles

Un "pasteur "sud-africain fait manger des serpents vivants à ses fidèles

Angola: raid contre la secte de Kalupeteka

Angola: raid contre la secte de Kalupeteka

Burundi : remous à Bujumbura

Burundi : remous à Bujumbura

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

14 September 2022
La Revue de Presse de ce 14 septembre2022

Les crimes oubliés en RDC

À quand la déclaration de l'état de Guerre en RDC

Le Panafricaniste Kemi Seba parle du criminel Kagame et de la RDC

RDC:les nouvelles recrues des FARDC veulent en finir avec les agressions récurentes du Rwanda

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom