Mercredi  17 octobre 2018 02:50
French Chinese (Simplified) English Hindi
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

EUROPE

L'actualité de la semaine en Europe

La Commission européenne a lancé vendredi la procédure officielle visant à activer la "loi de blocage", afin de contrecarrer les effets extraterritoriaux des sanctions américaines pour les entreprises européennes voulant investir en Iran, comme annoncé la veille par son président Jean-Claude Juncker. Cette réglementation européenne avait été créée en 1996 pour contourner l'embargo sur Cuba, mais jamais utilisée car la crise avait été résolue politiquement.

Bruxelles espère pouvoir l'adapter d'ici le 6 août, lorsque les premières sanctions nouvellement décidées par les Etats-Unis prendront effet, explique la Commission dans un communiqué. "Nous devons maintenant agir", avait justifié M. Juncker jeudi à l'issue d'un sommet européen à Sofia, où il a reçu le soutien "unanime" des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE. Après le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien (JCPOA), les Européens se sont engagés pour le poursuivre.

"La levée des sanctions liées au nucléaire est une part essentielle du JCPOA. L'Union européenne s'engage pour mitiger l'impact des sanctions américaines sur les entreprises européennes et prend des mesures pour maintenir la croissance du commerce et des relations économiques entre l'UE et l'Iran qui ont débuté quand les sanctions ont été levées", souligne la Commission. Cette loi dite "de blocage" permet aux entreprises et tribunaux européens de ne pas se soumettre à des réglementations sur des sanctions prises par des pays tiers et stipule qu'aucun jugement décidé par des tribunaux étrangers sur la base de ces réglementations ne saurait s'appliquer dans l'UE.

2 mois pour s'opposer aux mesures

L'exécutif européen a également lancé la procédure pour permettre à la Banque européenne d'investissement (BEI) de soutenir les investissements européens en Iran, en particulier pour les petites et moyennes entreprises.

Le Parlement européen et le Conseil (les Etats membres) ont deux mois pour s'opposer à ces mesures. "La procédure peut être interrompue si les circonstances politiques ne justifient plus l'adoption des mesures", précise l'exécutif européen. "L'Union européenne agit rapidement et dans la légalité", s'est félicité dans un communiqué la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

Elle annoncé que la prochaine réunion régulière de la commission chargée, sous l'égide de l'UE, de superviser l'accord sur le nucléaire iranien aura lieu le 25 mai à Vienne. Elle rassemblera les directeurs politiques de l'Iran et des grandes puissances qui avaient négocié l'accord signé dans la capitale autrichienne: la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne. Pour la première fois, les Etats-Unis n'y participeront pas.

Avec AFP

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

À la une

les plus lus

Mistral : l’Egypte et l’Arabie saoudite candidates au rachat des navires (le monde)

Mistral : l’Egypte et l’Arabie saoudite candidates au rachat des navires (le monde)

Retrait du Traité FCE: Moscou envoie un signal à l’Otan

Retrait du Traité FCE: Moscou envoie un signal à l’Otan

Raul Castro au défilé du 9 mai à Moscou

Raul Castro au défilé du 9 mai à Moscou

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

16 October 2018
La revue de Presse de ce mardi 16 octobre 2018

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom