Mardi  15 octobre 2019 16:49
French Chinese (Simplified) English Hindi
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

POLITIQUE

L'actualité Politique de la semaine en RDC

La Synergie des syndicats du secteur a, avant tout,  déploré  » le sale jeu  » de certains  chefs et gestionnaires d’écoles publiques, évoluant dans l’environnement sans mesures contraignantes.
Par Lucien Kazadi T.

Les enseignants, à travers leur synergie syndicale, se sont réunis pour procéder à l’évaluation des mesures de gratuité de l’enseignement dans les écoles publiques depuis la rentrée scolaire 2019-2020, intervenue le 02 septembre dernier sur l’ensemble du territoire national. Une réunion, tenue le 28 septembre dernier au siège du Synecat (Syndicat national des écoles conventionnées catholiques), situé au quartier Kimbangu, dans la commune de Kalamu, à Kinshasa, qui a permis aux enseignements, à travers leurs délégués syndicaux , de dégager de manière globale le constats à propos de plusieurs aspects positifs depuis le lancement de cette réforme du système éducatif congolais.

Ce qui n’a pas empêché aux enseignants de dénoncer « le sale jeu » des chefs et gestionnaires d’écoles, qui ne veulent pas rembourser les acomptes perçus, conformément aux directives du Secrétaire général à l’EPSP (Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel) et somment  les parents de payer les frais de motivation, désormais supprimés pour les classes faisant partie de l’enseignement de base. Surtout qu’il n’y a pas de mesures de sécurisation de ce système de gratuité de l’enseignement dans le pays.

Recommandations

Mais parmi les constats positifs observés, il faut relever la reconnaissance par le Gouvernement du droit fondamental d’accès à l’éducation pour chaque enfant congolais et l’acceptation par les enseignants de la politique publique de gratuité, qui confère à l’Etat son pouvoir d’être leur seul « employeur ». Il y a aussi l’augmentation des effectifs d’élèves, qui résorbera à coup sûr les taux d’enfants de la rue, et autres.

Concernant  les constats négatifs, la Synergie des syndicats des enseignants de la RD Congo s’est plaint de la non-convocation de la « Commission paritaire » par le Gouvernement pour déterminer le nouveau barème salarial applicable à tous les enseignants et la prise en compte des enseignants NP et NU  (non-payés et nouvelles unités), ainsi que de l’absence des mécanismes de réalisation progressive de la gratuité de l’enseignement, sur base d’un plan de financement efficient devant répondre aux besoins des écoles en terme frais de fonctionnement.

Constats négatifs

Face notamment à ces constats négatifs qui compliquent  l’application de la gratuité de l’enseignement au pays, la Synergie des syndicats des enseignants de la RD Congo exige, toute affaire cessante, du président de la République une Ordonnance statuant sur la gratuité de l’enseignement en RDC, en vue de sécuriser cette réforme du système d’enseignement dans le pays.

Pour ce qui est du Gouvernement, il lui a été demandé de convoquer, sans tergiverser, la « Commission paritaire » Gouvernement-banc syndical,  pour fixer le nouveau barème des enseignants,  ainsi que les avantages sociaux y afférents, de sanctionner les chefs d’établissements récalcitrants qui violent les dispositions constitutionnelles relatives à la gratuité de l’enseignement dans le pays, et de contraindre ces chefs d’établissements qui ont perçu des acomptes à les restituer aux parents.

D’autres recommandations ont été faites au Gouvernement de procéder à la traçabilité du programme 1000 écoles par année, tel que prévu dans le plan intérimaire de l’éducation, qui aurait dû résoudre le problème de pléthore des effectifs dans les écoles, pour sauvegarder la qualité de l’éducation, de restituer la gestion de la Mutuelle de santé aux enseignants, et de ne pas imposer aux enseignants une « Caisse de retraite aux contours affairistes ».

Même le Président de la CENCO (Conférence Episcopale Nationale du Congo) est interpellé afin de s’impliquer personnellement pour faire respecter la mesure de la gratuité dans toutes les écoles conventionnées catholiques de la RDC pour ne pas ternir l’image de l’Eglise. Aussi, les parents d’élèves et associations des parents sont-ils invités à ne pas céder aux intimidations des chefs d’établissement qui les obligent à payer les frais de motivation, les fournitures et uniformes, car ces frais sont interdits par le Gouvernement.

Une prise en charge par les parents de 28 ans

Enfin, les enseignants sont invités à soutenir la gratuité de l’enseignement en lieu et place de leur prise en charge par les parents, qui 28 ans après, les a exposé aux mutations et permutations punitives, voire aux exclusions fantaisistes. Ils sont aussi invités à comprendre que les enfants des enseignants sont aussi concernés par la gratuité de l’enseignement.

Ces organisations réunies dans le cadre de cette synergie sont le Synecat, le Synep (Syndicat national des enseignants des écoles conventionnées protestantes, la CCT (Fédération de l’enseignement de la Centrale congolaise du travail, la Force agissante et le Cofevid (Collectif des femmes et enfants pour la vie et le développement). La déclaration finale a été signée par Jean-Bosco Puna, du Synecat ; Jonas Mudiandambu, du Synep ; Jean Tunda, de FA ; Jeannine Ukurmu de la CCT et Félicitée Ntanga, de Cofevid.

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

À la une

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

RDC: vers des opérations conjointes avec ses voisins de l’Est?

RDC: vers des opérations conjointes avec ses voisins de l’Est?

Crash de l’Antonov 72 au Sankuru : Une enquête crédible réclamée !

Crash de l’Antonov 72 au Sankuru : Une enquête crédible réclamée !

Crash préalablement situé au Maniema : L’épave de l’Antonov 72 retrouvée à Kole

Crash préalablement situé au Maniema : L’épave de l’Antonov 72 retrouvée à Kole

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

15 October 2019
Revue de la Presse de ce mardi 15 octobre

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom