Samedi  10 decembre 2022 03:29
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

AFRIQUE

L'actualité de la semaine en Afrique

Les États africains acquièrent de plus en plus de drones turcs pour lutter contre les groupes armés après qu'ils se soient révélés efficaces dans divers conflits dans le monde, écrit l'analyste Paul Melly.

Alors que l'Ukraine intensifiait sa riposte initiale contre l'invasion russe, et bien avant que l'artillerie lourde et les lance-roquettes occidentaux ne commencent à arriver, il y avait une arme que le gouvernement de Kiev pouvait déjà déployer : le drone Bayraktar TB2.

Cette arme de fabrication turque avait déjà prouvé son efficacité en aidant l'Azerbaïdjan à vaincre les forces blindées arméniennes et à récupérer de vastes territoires lors de la guerre du Haut-Karabakh en 2020.

Mais les admirateurs des capacités du drone ne se limitent pas à l'Europe orientale et au Caucase.

Ces dernières semaines, un lot de Bayraktar TB2 a été livré à l'État ouest-africain du Togo, qui s'efforce d'endiguer l'infiltration de combattants djihadistes venus du Burkina Faso.

En mai, le Niger a acquis une demi-douzaine de ces drones polyvalents et abordables pour ses opérations militaires contre les groupes d'insurgés dans la région du Sahel, au sud du désert du Sahara, et autour du lac Tchad.

Parmi les autres clients africains figurent l'Éthiopie, le Maroc et la Tunisie, tandis que l'Angola a également manifesté son intérêt.

Mais le premier à utiliser ces puissantes armes de surveillance et de frappe sur le continent pourrait bien avoir été le gouvernement reconnu par l'ONU en Libye - où les whey ont été repérés dès 2019 et pourraient avoir aidé les forces de Tripoli à tenir les rebelles de l'Est.

Pour les acheteurs africains, en particulier les pays les plus pauvres, les drones offrent la possibilité de développer une puissance aérienne significative sans le coût énorme en équipement et les années de formation de l'élite nécessaires pour développer une force de frappe aérienne conventionnelle composée d'avions à réaction pilotés.

C'est un attrait particulier pour des États comme le Niger et le Togo.

Ils sont confrontés au défi complexe d'endiguer des bandes de militants islamistes très motivés et mobiles, qui campent dans la brousse et se déplacent rapidement à moto sur le terrain broussailleux du Sahel pour organiser des embuscades et des attaques surprises contre des postes isolés de l'armée et de la gendarmerie, des postes frontaliers et des communautés civiles.

Un gendarme derrière des écolières au Burkina Faso

CRÉDIT PHOTO,GETTY IMAGES

 
Légende image,

La sécurité le long de la frontière entre le Togo et le Burkina Faso est de plus en plus menacée par les militantsislamistes.

L'armée nigérienne est aux prises avec ce problème depuis des années, combattant les militants dans la région des trois frontières, où le pays rencontre le Burkina Faso et le Mali, à quelques heures de route de la capitale, Niamey.

Les troupes gouvernementales sont également engagées dans une campagne ardue visant à protéger l'extrême sud-est du pays des attaques de Boko Haram et de la province d'Afrique de l'Ouest de l'État islamique (Iswap).

Mais pour le Togo, la réalité directe de la menace djihadiste est une expérience relativement nouvelle et extrêmement préoccupante.

Pendant la majeure partie de la dernière décennie, les activités des groupes militants étaient confinées au Sahel central - Mali, Burkina Faso et Niger - et principalement dans des zones relativement éloignées de leurs frontières avec des pays côtiers comme la Côte d'Ivoire, le Ghana, le Togo et le Bénin.

Mais plus récemment, le tableau a commencé à changer, les groupes armés ayant étendu leur emprise sur une grande partie du Burkina Faso, et dans les zones rurales le long de la frontière avec ces quatre États.

Fin 2019, les forces de sécurité détectaient des signes d'infiltration de militants dans le nord du Togo.

Au départ, les combattants se cachaient simplement pour se reposer et récupérer, mais le gouvernement de Lomé, comme ses homologues de toute l'Afrique de l'Ouest côtière, était déjà préoccupé par le fait que la menace pourrait s'accroître.

La Côte d'Ivoire voisine avait subi une attaque djihadiste dans la station balnéaire de Grand Bassam en 2016, qui avait fait 19 morts, puis des attaques et des affrontements avec les forces de sécurité dans le nord-est en 2020.

Une femme en pleurs.

CRÉDIT PHOTO,GETTY IMAGES

 
Légende image,

Des islamistes militants ont mené une attaque majeure en Côte d'Ivoire en 2016.

Un guide de la faune locale est mort lorsque des militants ont enlevé deux touristes français dans le parc national de la Pendjari, au Bénin. Deux soldats français ont ensuite été tués dans une fusillade lorsque les touristes ont été secourus de l'autre côté de la frontière, au Burkina Faso.

Le premier raid direct sur le Togo lui-même, à Sanloanga, a eu lieu en novembre dernier. Puis, avant l'aube du 11 mai, des dizaines de militants ont attaqué un avant-poste de l'armée à Kpék-pakandi, près du Burkina Faso, faisant huit morts et 13 blessés parmi les soldats.

Les troupes ont riposté, tuant quelques assaillants. Le mois suivant, le gouvernement a décrété l'état d'urgence dans les Savanes, la région la plus septentrionale du Togo.

Mais cela n'a pas suffi à dissuader les djihadistes qui opèrent désormais dans la zone frontalière et qui seraient affiliés à la Jama'a Nusrat ul-Islam wa al-Muslimin, la principale alliance de groupes armés islamistes basés au Mali. Deux soldats ont été tués lors d'un autre incident en juillet.

Le président Faure Gnassingbé s'est rendu dans la région pour tenter de remonter le moral des troupes. Mais certains habitants, fortement ébranlés, ont abandonné leurs villages, un phénomène déjà observé dans d'autres régions du Sahel touchées par la violence militante.

Le régime, habitué à monopoliser le pouvoir depuis des décennies, a même ressenti le besoin d'inviter les partis d'opposition à des discussions sur l'élaboration d'une stratégie nationale unie pour faire face à la menace militante.

Mais en fin de compte, la force militaire directe devra jouer un rôle. Et c'est là que les drones turcs entrent en jeu, fournissant au Togo - comme au Niger - sa propre capacité de surveillance aérienne nationale pour tenter de repérer les bandes de combattants militants et, éventuellement, de les frapper.

L'utilisation de drones n'est pas nouvelle au Sahel. La France et les États-Unis ont tous deux des bases de drones au Niger, qui appuient la stratégie de sécurité du gouvernement.

Pour les grandes puissances comme l'Éthiopie - où le gouvernement fédéral lutte contre le Front de libération du peuple du Tigré - les drones sont un outil précieux pour étendre la capacité militaire globale.

Mais il y a des risques, tout comme avec les avions pilotés. En janvier, les travailleurs humanitaires ont signalé que les drones avaient tué plus de 300 civils dans le conflit du Tigré en Éthiopie.

Et l'armée togolaise a admis avoir tué sept jeunes civils par erreur, après qu'un avion - piloté ou non - ait cru qu'il s'agissait d'un groupe de militants et ait lancé une attaque les 9 et 10 juillet.

Les risques de telles erreurs tragiques sont accrus dans les moments de panique face à l'infiltration apparente de djihadistes.

Pour le Togo et le Niger, le partenariat d'approvisionnement avec la Turquie est également utile sur le plan politique, car il réduit la dépendance de l'opinion publique à l'égard de partenariats de sécurité étroits avec la France, l'ancienne puissance coloniale, au sujet de laquelle une partie importante de l'opinion publique reste mal à l'aise.

Du point de vue d'Ankara, il y a aussi des attraits : la "diplomatie des drones" et le partenariat militaire sont devenus un outil important de la politique étrangère du président Recep Tayyip Erdogan au sud du Sahara, complétant des atouts plus anciens tels que la construction d'aéroports et d'autres infrastructures clés.

Et au sein de l'élite politique et économique turque, il existe également un lien personnel.

Baykar, le fabricant du drone Bayraktar TB2, est dirigé par deux frères : Haluk Bayraktar, directeur général, et son frère Selçuk, directeur technique, qui est marié à Sümeyye, la fille du président Erdogan. Paul Melly est consultant auprès du programme Afrique de Chatham House, à Londres.

BBC 

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment

Info en Direct


search

À la une

les plus lus

Un "pasteur "sud-africain fait manger des serpents vivants à ses fidèles

Un "pasteur "sud-africain fait manger des serpents vivants à ses fidèles

Angola: raid contre la secte de Kalupeteka

Angola: raid contre la secte de Kalupeteka

Burundi : remous à Bujumbura

Burundi : remous à Bujumbura

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

14 September 2022
La Revue de Presse de ce 14 septembre2022

Les crimes oubliés en RDC

À quand la déclaration de l'état de Guerre en RDC

Le Panafricaniste Kemi Seba parle du criminel Kagame et de la RDC

RDC:les nouvelles recrues des FARDC veulent en finir avec les agressions récurentes du Rwanda

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom