Jeudi  18 octobre 2018 09:25
French Chinese (Simplified) English Hindi
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

POLITIQUE

L'actualité Politique de la semaine en RDC

En RDC, les candidats à la présidentielle de décembre n'ont plus qu'une semaine pour déposer leur dossier à la Commission électorale. Côté opposition, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi peinent à organiser leur retour au pays pour se porter candidat. Côté majorité, on en est encore à consulter. Depuis samedi, les membres du Front commun pour le Congo (FCC), la nouvelle plateforme du président Kabila, défilent dans sa ferme privée de Kingakati, près de Kinshasa. Jusqu'à maintenant, Joseph Kabila, le président sortant, n'a toujours pas dit publiquement qu'il ne serait pas candidat à la présidentielle.

Jeudi, devant le Conseil de sécurité de l'ONU, l'Ambassadeur américain adjoint s'était même agacé de ce silence. « Le temps de la gesticulation est terminé », a averti Jonathan Cohen. Ce qui a énervé l'entourage du chef de l'Etat congolais qui continue de parler d'ingérence. Ces dernières 48 heures, Joseph Kabila a reçu par petits groupes les différentes composantes du FCC, cette plateforme dont il est l'autorité morale. Une plateforme aux contours encore flous, puisqu'il existe déjà une majorité et un parti présidentiel.

La création du FCC avait été annoncée début juin par un communiqué adopté en Conseil des ministres, ce qui avait fait grincer des dents. Son objectif, tel qu'annoncé à l'époque, est bien de soutenir une candidature unique. Pour ses membres, des politiciens, comme des personnalités, il s'agit « de participer, sur la base d’un programme commun, à la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochains scrutins pour lesquels les membres de la coalition apporteront leur soutien à une candidature unique à l’élection présidentielle ».

Aux membres de cette plateforme, d'abord, le chef de l'Etat a dit qu'il était là pour les écouter. Avec certains, Joseph Kabila a pris le temps de parler des candidatures pour les provinciales, comme pour les législatives. Depuis 2011, sa coalition n'a cessé de s'élargir avec le ralliement de certains opposants et cela crée un peu de mécontentement, notamment sur les moyens mis sur la table pour les candidatures des uns comme des autres. Mais le président Kabila a surtout demandé aux membres du FCC quatre noms de candidats potentiels pour la présidentielle.

Des noms de dauphins avancés ?

A une semaine de la fin du dépôt des candidatures, la question du dauphin avait toujours été éludée, même si des noms avaient circulé : Aubin Minaku, président de l'Assemblée nationale, ou Augustin Matata Ponyo, l'ex-Premier ministre. Ce weekend, un média congolais a même annoncé la candidature de Bahati Lukwebo, le ministre d'Etat chargé du plan, et autorité morale de la deuxième coalition de la majorité, avant de se rétracter. Dernièrement, le nom de la première Dame, Olive Lembe, a également circulé. « Joseph Kabila n'a confiance en personne à part en lui-même ou en sa propre famille pour sauvegarder ses intérêts », assure un proche du couple présidentielle.

Difficile de savoir si toutes ces discussions sont synonymes d’exclusion d’une candidature de Joseph Kabila. Ceux qui sont consultés ont parfois un entendement différent des propos du chef de l'Etat. Pour certains, c'est fait, c'est clair, Joseph Kabila ne sera pas candidat à la présidentielle. Mais son parti, le PPRD,  continue d'entretenir depuis des mois l'ambiguïté, assurant que si la Constitution prévoyait une limite du nombre de mandats à deux mandats, la réforme constitutionnelle de 2011 et le passage du scrutin de la présidentielle de deux à un tour suffisait à dire que c'était une nouvelle Constitution.

La semaine dernière, la ligue des jeunes du PPRD avait annoncé que sa nouvelle devise était : « Le Congo, ma passion. Le PPRD, mon parti. Joseph Kabila, mon président ». On a même entendu certains membres de sa majorité appeler en meeting leurs partisans à voter Joseph Kabila. Une membre du FCC confie : « Quand le président a demandé quatre noms à ma coalition, on lui a répondu qu'il n'y avait que lui et on n'est pas les seuls ». Le président Kabila aurait été « ému » par cette déclaration, mais n'aurait pas répondu.

En tout cas, Joseph Kabila a promulgué ce week-end la loi octroyant un statut et une immunité supplémentaire aux anciens chefs d'Etat.

Avec RFI

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

À la une

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

ATTENDU HIER DANS LA CAPITALE RAMAPHOSA : LES DESSOUS DE L’ANNULATION DE SA VENUE À KINSHASA

ATTENDU HIER DANS LA CAPITALE RAMAPHOSA : LES DESSOUS DE L’ANNULATION DE SA VENUE À KINSHASA

La galère de 200.000 Congolais expulsés d’Angola !

La galère de 200.000 Congolais expulsés d’Angola !

A travers une note sur le Congo-Kinshasa, Elections en RDC : la FIDH craint le pire !

A travers une note sur le Congo-Kinshasa, Elections en RDC : la FIDH craint le pire !

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

17 October 2018
La revue de Presse de ce mecredi 17 octobre 2017

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom