Mercredi  17 octobre 2018 18:28
French Chinese (Simplified) English Hindi
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

POLITIQUE

L'actualité Politique de la semaine en RDC

Plusieurs fois pressenti, le gynécologue congolais Denis Mukwege a finalement reçu, vendredi 5 octobre, le prix Nobel de la paix (conjointement à la yézidieNadia Murad, ex-esclave de l’organisation djihadiste Etat islamique). Cela fait près de vingt ans que le docteur Mukwege répare des femmes mutilées lors d’un viol ou d’une excision, pratique rituelle qui vise à retirer le clitoris, ou du moins une partie, d’une enfant ou d’une adolescente.

Il a dédié sa récompense « aux femmes de tous les pays meurtries par les conflits et confrontées à la violence de tous les jours »« Ce prix Nobel traduit la reconnaissance de la souffrance et le défaut d’une réparation juste en faveur des femmes victimes de viols et de violences sexuelles dans tous les pays du monde et sur tous les continents », a-t-il dit lors d’une courte déclaration devant la presse dans sa clinique de Panzi, à Bukavu, dans l’est de la République démocratique du Congo. Il s’est dit « honoré » que le prix aille également à Nadia Murad, « avec qui [il] partage ce combat ».

Devenu l’un des plus grands spécialistes des traitements de torture sexuelle, alors que sa vocation était d’aider à mettre au monde des enfants, le docteur Mukwege, 58 ans, a, pendant des années, pratiqué dix à douze opérations par jour, formé du personnel médical, décentralisé des unités de soins afin que les femmes puissent trouver secours près de chez elles, souvent au péril de sa propre vie.

Pris pour cible

25 octobre 2012, à Bukavu, la capitale du Sud-Kivu, dans l’ouest de la République démocratique du Congo (RDC). C’est le soir. Cinq hommes lourdement armés s’introduisent dans sa demeure et attendent son arrivée. Au bruit de sa voiture, ils se mettent en position de tir, extirpent le médecin de son véhicule, braquent une arme sur sa tempe.

Au moment où ils s’apprêtent à l’assassiner, un de ses employés se jette en hurlant sur l’un des agresseurs, lequel se retourne brusquement et fait feu, le tuant de deux balles. Dans une grande confusion, le médecin se retrouve à terre, pris sous les tirs, puis le commando s’enfuit dans le véhicule familial. Aujourd’hui, le pasteur se dit « miraculé » :

« J’en suis au sixième attentat par balle. Je crois bien que j’ai une protection… surnaturelle. »

En quelques heures, la rumeur de l’attentat a fait le tour du monde. Et de tous les continents s’est élevée une même clameur mêlant stupeur et indignation. Mais à Bukavu, la ville où il est né et où il opère ses patientes depuis 1999, c’est bien plus que de l’indignation qui a saisi la communauté des femmes à l’annonce de l’évacuation du chirurgien vers l’Europe. C’est une profonde angoisse : que faire sans Mukwege ? Qui les soignerait ?

Mais le docteur ne demande qu’à reprendre son travail et à retourner auprès de ses patientes : « Impossible d’abandonner ces femmes à leurs souffrances. »

Le premier cas

Son engagement auprès des femmes naît en 1999, avec le cas d’une patiente qui l’a particulièrement troublé. A l’époque, le médecin gynécologue travaille dans le tout nouvel hôpital de Panzi, où il s’attend à faire des césariennes et à aider à mettre au monde des enfants :

« Elle m’a raconté qu’elle avait été violée par six soldats et que l’un d’eux avait ensuite tiré dans son vagin. Comment une telle cruauté était-elle possible ? Pourquoi cette obstination à mutiler ? J’ai soigné cette femme en me disant qu’elle avait certainement croisé le chemin d’un fou. »

Mais il y en a eu une autre. Puis une autre. Et une autre. Au fil des mois, les viols, pratiqués par à peu près tous les groupes armés, et les mutilations se sont comptés par dizaines, par centaines, par milliers. Le phénomène s’est transformé en épidémie dans l’est du Congo.

« Et moi, je me suis retrouvé confronté à une situation qu’aucun médecin n’avait encore affrontée, et pour laquelle les manuels n’étaient d’aucun secours. »

Il a bien alerté des ONG, la Maison Blanche, le Conseil de l’Europe, des chancelleries. Il s’est exprimé à la tribune de l’ONU, a brandi des chiffres, des photos, des témoignages. Rien de décisif n’a suivi, hormis quelques récompenses et dotations, qui ont consolidé son hôpital.

De nombreux prix

Mais le gynécologue n’a jamais cessé de travailler ses techniques, d’innover dans les solutions chirurgicales, de former des collaborateurs. Il a reçu de très nombreux prix pour son engagement, dont le prestigieux prix Sakharov, remis par le Parlement européen à des personnes ou à des organisations en lutte contre l’oppression, l’intolérance et l’injustice. Mais le récit des femmes qu’il rencontre continue à le hanter tous les jours.

En RDC, toujours en proie aux violences, certains voient en Denis Mukwege un symbole de paix, même si le chirurgien répète qu’il n’a pas d’ambition politique

Avec le Monde

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

À la une

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

ATTENDU HIER DANS LA CAPITALE RAMAPHOSA : LES DESSOUS DE L’ANNULATION DE SA VENUE À KINSHASA

ATTENDU HIER DANS LA CAPITALE RAMAPHOSA : LES DESSOUS DE L’ANNULATION DE SA VENUE À KINSHASA

La galère de 200.000 Congolais expulsés d’Angola !

La galère de 200.000 Congolais expulsés d’Angola !

A travers une note sur le Congo-Kinshasa, Elections en RDC : la FIDH craint le pire !

A travers une note sur le Congo-Kinshasa, Elections en RDC : la FIDH craint le pire !

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

17 October 2018
La revue de Presse de ce mecredi 17 octobre 2017

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom