Dimanche  25 aout 2019 09:35
French Chinese (Simplified) English Hindi
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

SOCIÉTÉ

L'actualité sociale de la semaine en RDC

La justice a arrêté trois des quatre médecins congolais présumés commanditaires et auteurs moraux dans le meurtre du docteur camerounais Richard Mouzoko le 19 avril dernier aux cliniques universitaires de l'UCG/Butembo. Le quatrième médecin suspect, le Dr Mundama Witende en fuite, est activement.

Selon l'AFP relayé par le quotidien français Le Figaro, l'infortuné présidait une réunion avec les membres de l'équipe de riposte contre Ebola quand les hommes armés ont attaqué l'hôpital universitaire de Butembo. Il s'agit des docteurs Hippolyte Sangala Kisako, Aurélien Luendo Paluku et Gilbert Kasereka.

Le procureur militaire de Butembo, le lieutenant-colonel Jean-Baptiste Kumbu Ngoma a fait savoir à l'AFP que 52 suspects sont détenus dont 24 présumés combattants Maï-Maï accusés d'être les auteurs de cette attaque et une femme. Et de préciser que les médecins sont "poursuivis" pour "terrorisme, association de malfaiteurs".

Ils auraient tenu "des réunions en date du 14 avril 2019 pour projeter l'assassinat du docteur Richard Mouzoko", a-t-il ajouté.

Interrogé par l'AFP, Me Jean-Guelord Kizito Poipo, avocat du Dr Sangala, a confirmé la détention de son client. "mardi, les trois médecins [présents] ont été appelés à se présenter pour une dernière confrontation. Notre client a dit qu'il n'a jamais participé à une telle réunion", a dit l'avocat. Pour le procureur, les médecins "sont parmi les auteurs moraux" de l'attaque qui a coûté la vie au Dr Richard Valery Mouzoko. "Je les ai interpellés, je les ai interrogés sur procès-verbal et j'ai fait des confrontations", a-t-il dit.

Et l'avocat général militaire près la cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu, colonel Kumbo Ngoma, qui a dirigé ces enquêtes pendant quatre mois, de conclure que les personnes ayant donné les lieux de planification de l'attaque sont également aux arrêts. D'ici deux semaines, leurs dossiers seront envoyés à la cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu pour le début du procès, précise-t-il.

MENACE D'UNE GREVE

Dans une lettre adressée au maire de Butembo, un groupe représentant les médecins locaux a déclaré qu'il était "indigné" par les arrestations qui, selon lui, paralysaient les services médicaux essentiels dans la région. Il a dit que les médecins devraient être libérés sous caution et que le personnel médical déclencherait une grève dans les 48 heures s'ils ne l'étaient pas.

Mais le procureur militaire a rejeté leurs demandes indiquant qu'il est "hors de question" qu'il se plie à cette injonction.L'officier congolais prévient qu'aucune de ces personnes arrêtées et poursuivies pour terrorisme, association de malfaiteurs et crime de guerre ne bénéficiera d'une liberté provisoire.

La RDC lutte depuis une année contre une épidémie de fièvre hémorragique qui a déjà fait plus de 1.820 morts, essentiellement dans les régions rurales de Beni, Butembo-Katwa (Nord-Kivu) et en Ituri. 

Emma MUNTU / Forum des As

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment


search

À la une

Les articles les plus lus

Mort de Jeannette Bombole : la piste de suicide confirmée

Mort de Jeannette Bombole : la piste de suicide confirmée

Matadi : un jeune homme tue son père et le découpe en morceaux

Matadi : un jeune homme tue son père et le découpe en morceaux

L’ONU contre toute forme de discrimination à l’endroit des albinos

L’ONU contre toute forme de discrimination à l’endroit des albinos

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

23 August 2019
La revue de la presse du vendredi 23 août 2019

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom