Samedi  10 decembre 2022 04:48
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

AFRIQUE

L'actualité de la semaine en Afrique

Le Premier ministre du Burkina Faso, Appolinaire Kyelem de Tembela, a déclaré que les sept années d'histoire de violence djihadiste du pays n'excluaient pas une révision de ses relations avec la Russie.

Lors des manifestations de soutien au coup d'État du 30 septembre qui a porté au pouvoir le capitaine Ibrahim Traoré, les Burkinabé agitent régulièrement les drapeaux de la Russie.

Dans plusieurs pays d'Afrique francophone, Moscou bénéficie d'un soutien populaire croissant tandis que la France, l'ancienne puissance coloniale, est de plus en plus vilipendée, notamment au Mali, pays voisin du Burkina Faso également gouverné par des putschistes militaires depuis 2020.

"Nous coopérons depuis longtemps avec la Russie, c'est en 1967 que des relations se sont établies entre l'ex-URSS et la Haute-Volta", qui était le nom du Burkina Faso à l'époque, et "nous n'avons pas attendu que ces marcheurs aient coopération avec la Russie", a déclaré M. de Tembala dans une interview à la télévision publique dimanche soir.

"Peut-être qu'avec la nouvelle situation (sécuritaire) nous allons réexaminer nos relations avec la Russie pour voir si elle doit être renforcée dans un secteur ou pas si elle doit être réorientée dans l'intérêt du Burkina Faso et dans le respect de sa souveraineté", a-t-il ajouté. a continué.

Mais, a-t-il prévenu, "ce n'est pas à la rue de nous dire de faire ceci ou cela".

Si ces marcheurs pro-russes "sont patriotes, le premier pas à faire est contre le terrorisme, c'est dans la lutte contre le terrorisme qu'il faut vérifier le patriotisme de chacun", a-t-il dit.

Selon le chef du gouvernement, « le meilleur soutien au régime actuel est d'aller au front, d'aider à lutter contre l'insécurité, d'apporter une contribution financière ou matérielle pour aider les militaires au front ou aider les victimes du terrorisme, plutôt que de passer du temps à marcher".

Les autorités après le coup d'État du 30 septembre ont lancé le recrutement de 50 000 Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), auxiliaires civils de l'armée, pour intensifier la lutte antijihadiste.

Le 24 janvier, des militaires dirigés par le lieutenant-colonel Damiba et regroupés au sein d'une junte dénommée Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) ont renversé le président Roch Marc Christian Kaboré, accusé d'être incapable de faire face à la multiplication des attentats djihadistes en Burkina.

Cependant, ces attentats ne se sont pas arrêtés et un nouveau putsch a eu lieu le 30 septembre, portant au pouvoir le capitaine Traoré, qui a également invoqué la dégradation de la situation sécuritaire pour justifier son putsch.

 

Africa News

 

Application de CComment' target='_blank'>CComment

Info en Direct


search

À la une

les plus lus

Un "pasteur "sud-africain fait manger des serpents vivants à ses fidèles

Un "pasteur "sud-africain fait manger des serpents vivants à ses fidèles

Angola: raid contre la secte de Kalupeteka

Angola: raid contre la secte de Kalupeteka

Burundi : remous à Bujumbura

Burundi : remous à Bujumbura

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

14 September 2022
La Revue de Presse de ce 14 septembre2022

Les crimes oubliés en RDC

À quand la déclaration de l'état de Guerre en RDC

Le Panafricaniste Kemi Seba parle du criminel Kagame et de la RDC

RDC:les nouvelles recrues des FARDC veulent en finir avec les agressions récurentes du Rwanda

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom