Le groupe de prostituées chinoises qui opère dans la capitale congolaise sous la bénédiction de certains compatriotes, à l’instar d’un chef de division de la Chancellerie du ministère des Affaires étrangères, répondant au nom de Bernard Bula dont, moyennant la somme de 100 dollars américains, octroie des visas de courtoisie à ces prostituées chinoises, sans pour autant respecter ce valeureux sceau.

Signalons, par contre, que ces 4 autres Chinoises récupérées du plafond par la Police nationale congolaise (PNC), se sont ajoutées à la liste des 27 déjà arrêtées et jugées par le Tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe. Ce qui donne un total de 31 prostituées Chinoises.

Ce réseau qui échappait à la justice congolaise, et avait comme risque de faire de la RDC un paradis du tourisme sexuel, a été démantelé par la police nationale congolaise, dont deux Chinois ont été condamnés à 10 ans et 3 mois de prison pour trafic de personnes  à des fins sexuelles et pour proxénétisme devant le TGI de Kinshasa-Gombe.

De son côté, le chef de bureau du ministère des Affaires étrangères chargé des visas, Bernard Bula Bwaka, a également écopé d'une peine de 10 ans de servitude pénale pour faux en écriture. Parmi les 27 premières chinois arrêtés 8 dont l'un est de nationalité coréenne et les autres de nationalité chinoise ont été condamnés à payer une amende équivalent en francs congolais à 1.000 dollars pour séjour irrégulier en RDC. Le juge a précisé que cette amende est payable dans le délai légal. A défaut, ils vont subir 1 mois de servitude pénale subsidiaire.

Enfin, 22 filles ont été acquittées et ne vont payer aucun frais, a précisé le magistrat Luta Tabu, président de la chambre.

Gisèle Mbuyi /digitalcongo.net