Vendredi  12 avril 2024 07:37
Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

POLITIQUE

L'actualité Politique de la semaine en RDC

Le conclave de l’opposition congolaise à Johannesburg est largement commenté par les journaux parus jeudi 25 octobre à Kinshasa.

Forum des As qui titre à sa une : « marche pacifique de l’opposition demain Vendredi, meeting du FCC Samedi au stade Tata Raphael ». Le quotidien parle d’un test grandeur nature pour tous. Car à un mois du début de la campagne électorale, l’autorité urbaine, l’Opposition et la Majorité sont appelées chacune à concourir au succès de ces deux manifestations publiques.

« La marche pacifique de l’opposition demain vendredi et le meeting populaire du FCC le jour d’après, constituent une autre épreuve. Celle de démonstration de force, en termes de capacités de chacun à mobiliser les Kinois. La question est de savoir, qui de l’Opposition ou de la plateforme électorale FCC, drainera le plus de monde », analyse le tabloïd.
Abordant le même sujet, Le Potentiel précise toutefois que cette la réunion entre l’hôtel de ville et l’opposition se tient finalement ce jeudi. A en croire le journal, l’Hôtel de ville de Kinshasa autorise la marche de l’opposition de ce vendredi.

Le Phare abonde dans le même sens : « Marche de vendredi : Bemba veut voir 10 millions de Congolais dans les rues ! » Les travaux de ce Conclave devraient impérativement de se terminer ce jeudi car les principaux leaders de l’opposition présents à Johannesburg devraient prendre l’avion jeudi soir pour Kinshasa, de manière à prendre part à la grande marche de leur famille  politique, contre la machine à voter et un fichier électoral pollué, le vendredi 26 octobre.

« Bref, l’unité de l’Opposition n’est pas menacée car les sept plates-formes de cette famille politique ayant présenté des candidats à la présidentielle continuent de regarder dans la même direction et de viser un objectif commun : l’alternance au pouvoir au sommet de l’Etat », soutient le quotidien, soulignant la présence de l’UDPS « non seulement à cette concertation politique mais aussi à la marche de ce vendredi 26 octobre 2018 à Kinshasa. »

L’autre grand sujet auquel les commentateurs des journaux se sont adonnés à cœur joie, porte sur la rencontre de l’opposition en Afrique du Sud, censé dissiper ses divergences. « Alors qu’elle est secouée par de fortes turbulences qui menacent sa cohésion, l’opposition congolaise se retrouve les 24 et 25 octobre en Afrique du Sud. Une façon de laver les linges sales en famille », note Le Potentiel. Mais, s’interroge le quotidien, qu’est-ce qui va se passer après le cap de Johannesburg ? Difficile à dire. L’on sait néanmoins que l’opposition se servira de ce forum pour repartir du bon pied, à deux mois des élections du 23 Décembre 2018.

Cependant, renseigne Forum des As, dans une mise au point mercredi, les Alliés de l’UDPS s’en prennent aux autres formations de l’opposition. Ils estiment que « l’échec de l’opposition est dû aux egos surdimensionnés de certains leaders qui pensent que la RDC est leur due ». Contrairement aux apparences, fait observer le journal, ça continue à voler bas dans l’opposition. 

Avec Radio Okapi

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Les tractations en vue de la désignation d’un candidat commun de l’opposition à la présidentielle 2018 et les expulsions des Congolais d’Angola figurent à la Une des journaux parus jeudi 18 octobre à Kinshasa.
 
Au sujet de la candidature commune de l’Opposition, Le Potentiel annonce pour bientôt un tête-à-tête Kamerhe-Tshisekedi. Au sein de l’opposition, estime le journal, le principe d’une candidature commune à la présidentielle du 23 décembre 2018 est presqu’acquis. Il reste cependant quelques derniers réglages entre les deux candidats en lice, à savoir Vital Kamerhe de l’UNC et Félix Tshisekedi de l’UDPS. «Dans leurs états-majors respectifs, on y travaille sérieusement et l’on se dit prêt à amorcer les grandes discussions. Le plus évident est que Kamerhe et Tshisekedi devraient se rencontrer dans les tout prochains jours pour un tête-à-tête avant d’élargir le cercle des échanges à d’autres ténors de l’opposition, candidats à la présidentielle», poursuit le quotidien.
 
Cas.info.ca annonce la même rencontre. « Dernièrement, Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi se sont entretenus sur la candidature commune de l’opposition. Les deux leaders avaient réaffirmé leur volonté de présenter un seul candidat à la présidentielle qui constitue, pour eux, un gage pour faire triompher l’opposition aux élections du 23 décembre prochain », rappelle le média en ligne.
 
Expulsions d’Angola
 
L’autre sujet qui domine l’actualité se réfère aux expulsions des Congolais d’Angola. « Tout en demandant à Luanda de diligenter des enquêtes sur les expulsions des Congolais, Kinshasa s’interroge sur les motivations des autorités angolaises », titre Forum des As.
 
Le vice-premier ministre chargé des Affaires étrangères et Intégration régionale, Léonard She Okitundu a demandé, mercredi 17 octobre, au cours d’une conférence de presse, à l’Angola à revenir à l’usage des canaux diplomatiques traditionnels, afin de convenird’une solution idoine, devant mettre fin à ces pratiques que la RDC qualifie d’indignes, ne reflétant pas les bonnes relations qui unissent les deux pays frères.
 
Actualité.cd précise que « le gouvernement envoie une note verbale de protestation au gouvernement angolais et exige des explications ». Exprimant son indignation et ses "vives préoccupations" au gouvernement angolais, la RDC a condamné les violations des droits humains et les pertes en vies humaines provoquées lors de ces expulsions effectuées au mépris des accords existants en la matière, poursuit le média en ligne.
 
« La RDC menace aussi de saisir les instances internationales compétentes contre l’Angola », annonce pour sa part 7sur7.cd.

avec radio Okapi

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Deux sujets d’actualité prédominent à la Une des journaux parus mardi 16 octobre à Kinshasa : la présidentielle 2018 et les expulsions des Congolais d’Angola.

A peine revenu de Lubumbashi, indique Forum des As, Adolphe Muzito ne s’avoue pas vaincu. Devant ses partisans, le leader de Nouvel Elan a annoncé une série de manifestations que l’opposition entend organiser dans les jours qui viennent. 

« Nous envisageons des activités de terrain, entre autres des journées villes-mortes, des marches pacifiques et des meetings. Malgré la répression des manifestations, nous ne reculerons devant rien », a-t-il clamé.

A ce sujet, l’opposition a besoin d’une candidature commune pour espérer gagner la présidentielle du 23 décembre, selon Le Potentiel, qui conseille à Félix Tshisekedi et vital Kamerhe d’éviter la même erreur. Contre les oiseaux de mauvais augure, prévient le journal, les principaux leaders de l’opposition, en interne, pensent relever le défi en alignant un candidat commun le 23 décembre 2018. 

« La dernière bataille pour réaliser ce rêve se joue entre l’UDPS Félix Tshisekedi et l’UNC Vital Kamerhe, lesquels ont à un moment donné offert une belle béquille au pouvoir chancelant de Kinshasa. À deux mois des élections prochaines, ces deux leaders n’ont plus droit à l’erreur », estime le tabloïd.

Du côté de la majorité au pouvoir, en cas de victoire du candidat Ramazani Shadary, révèle 7sur7.cd, André Kimbuta veut devenir soit Premier ministre, soit président de l’assemblée nationale, soit encore président du sénat. A en croire le portail, « le gouverneur de la ville de Kinshasa n’est pas allé par le dos de la cuillère pour exprimer ses ambitions politiques en cas de victoire à la présidentielle de Emmanuel Ramazani Shadary, candidat de la Majorité présidentielle. Après donc plus de 10 ans passés à la tête de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango vise encore plus haut », fait remarquer le média en ligne.

Expulsions des Congolais

Un autre sujet à la Une des journaux de Kinshasa porte sur les expulsions massives des Congolais d’Angola.

« RDC : Le député Muyaya demande à She Okitundu de convoquer l’ambassadeur angolais », titre Actualité.cd. Le diplomate devrait s’expliquer sur les expulsions des Congolais du territoire angolais. « Nous devons protester contre ce traitement réservé à nos compatriotes. Que le gouvernement délègue une mission dans les province touchées », a affirmé le député à ce média en ligne.

Selon Le Potentiel, plus de 200 000 Congolais ont été refoulés d’Angola depuis le début de ce mois d’octobre. La majorité de ces compatriotes, explique le journal, ont été maltraités et dépouillés par les forces de sécurités angolaises avant d’être expulsés comme des bêtes.

Selon Cas-Info.ca, ACAJ demande au gouvernement angolais de diligenter une enquête sur les exactions commises sur les Congolais lors de l’expulsion.

L’Avenir appelle le gouvernement congolais à trouver une solution durable pour ces expulsions répétitives des Congolais.

De son côté, La Tempête des Tropiques dénonce le silence de Kinshasa face à cette situation qui traduit "l’indifférence et le manque criant de leadership dans le chef des dirigeants congolais".

Avec Radio Okapi

 

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Après ce qui s’est passé le week-end dernier à Lubumbashi, où les autorités politiques ainsi que les forces de l’ordre et de sécurité ont brillé par des obstructions systématiques aux manifestations publiques annoncées par l’Opposition, rappelle Le Phare, le décor d’interdiction de la campagne électorale à l’Opposition semble solidement planté. Pourtant, note le journal, le meeting programmé par Gabriel Kyungu, Christian Mwando, Delly Sesanga, Martin Fayulu, Jacquemain Shabani, Christophe Lutundula, Eve Bazaiba, Molisho, Adolphe Muzito…était autorisé, la lettre du Maire de la ville, adressée quatre jours plutôt aux organisateurs, faisant foi.

Mais, l’opposition ne désarme pas, selon Actualité.cd, qui annonce un nouveau meeting de l’opposition, le samedi 3 Novembre dans la Commune de Kalamu à Boma dans le Kongo Central. Parmi les partis et regroupements politiques signataires de la lettre, le portail cite : le MLC, l’UDPS, l’UNC, la Dynamique de l’opposition, et les autres.

Devant ses militants dimanche 14 octobre dans le district de la Tshangu à Kinshasa, informe Times.cd, Adolphe Muzito a réaffirmé la détermination de l’opposition d’aller aux élections. « Nous sommes prêts pour les élections du 23 décembre de cette année, mais sans machine à voter, qui n’a aucune base légale en RDC », a affirmé le candidat de Nouvel Elan à la présidentielle cité par ce média en ligne.

Entre-temps, « Ramazani Shadary annonce une équipe de 564 personnes pour sa campagne », annonce Forum As. Reçu mardi 16 octobre par la Plateforme des communautés de base (PCB), le candidat président de la Majorité sortante a dévoilé le nombre de personnes qui l’accompagneront lors de prochaines joutes électorales.

« Dans les jours qui viennent, nous allons présenter non seulement notre projet de société, mais aussi la grande équipe de campagne qui va nous accompagner, la PCB comprise. J’aurais une forte équipe au niveau national, de plus ou moins 564 personnes. Toutes les tendances seront représentées », a-t-il annoncé dans les colonnes du journal.

« Vision d’ambition et de mutation pour la RDC. Kin-kiey Mulumba : 90 milliards USD en cinq ans, 50 mesures fortes », titre de son côté La Prospérité. Lors de la présentation officielle et solennelle de son programme politique, mardi 16 octobre à Kinshasa, ce candidat « a dévoilé les lignes primesautières de sa vision articulée, ici, en trois piliers cardinaux, à savoir : Recréer le consensus perdu en vue de l’action ; écouter en vue de relever les défis ; Faire germer un mental de conquérant »

Avec Radio Okapi

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

La controverse autour de la machine à voter est revenue à la Une de bon nombre des journaux parus vendredi 12 octobre à Kinshasa.

L'opposition appelle le peuple congolais à se mobiliser dans le cadre du programme d'actions qu'elle a préparé pour exiger l'impression des bulletins de vote, conformément à la loi électorale et au calendrier publié par la CENI, informe Actualite.cd. Les opposants confirment la tenue d'un grand meeting à Lubumbashi, ce samedi 13 octobre, et l'organisation des marches de protestation le 26 octobre 2018, selon une déclaration commune lue jeudi par Martin Fayulu, également candidat à la présidentielle.

L'opposition a, en outre, réaffirmé son exigence de vider les questions en rapport avec la légalité de la machine à voter et les électeurs sans empreintes digitales dans le cadre de la commission technique mise en place en accord avec la CENI, fait savoir ce site internet d’informations. 

« Machine à voter : Bemba, Fatshi, Kamerhe, Katumbi, Muzito... appellent à des marches de protestation le 26 octobre », titre aussi Forum des As. La tension semble monter d’un cran entre l’opposition et la Commission électorale nationale indépendante (CENI), au lendemain de l’échec des discussions mercredi 10 octobre, entre les candidats à la présidentielle du 23 décembre et le Bureau de la Commission électorale, analyse le quotidien. « En tout cas, les opposants, les sept plus grands, ont décidé de mettre la pression sur le pouvoir organisateur des élections », poursuit le journal.

Selon 7SUR7.CD, l’absence de consensus sur la machine à voter et le nettoyage du fichier électoral, qui contiendrait 10 millions des fictifs (électeurs sans empreintes digitales), continue à pourrir le climat politique en RDC.

L’opposition veut que soit lancée l’opération d’impression des bulletins de vote papier, affirme le site, précisant que les opposants ont néanmoins réaffirmé leur volonté à aller aux élections le 23 décembre prochain conformément au calendrier électoral de la CENI.

A la suite de cette controverse, révèle La Prospérité, trois candidats à la présidentielle ont saisi jeudi 11 octobre le président du CNSA, Joseph Olenghankoy. « Il s’agit de Théodore Ngoy, Seth Kikuni et Masheke, toujours à la recherche d’un consensus en rapport avec la machine à voter, le fichier électoral, la décrispation, la sécurisation et le financement des élections crédibles et inclusives », précise le quotidien.

Le président du CNSA a « promis d’apporter ces préoccupations à qui de droit, pour que pendant cette période préélectorale, nous puissions trouver des solutions », a déclaré Valentin Vangi, le rapporteur du CNSA, cité par le journal.
 

Avec Radio Okapi

 

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Info en Direct


search

À la une

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Sept pêcheurs congolais de Kyavinyonge détenus dans des cachots ougandais.

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Le Katanga premier cas d’école pour le découpage

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

Poursuite des opérations conjointes FARDC-MONUSCO en Ituri

Insécurité dans l’Est: Fridolin Ambongo pointe la « mauvaise » répartition des richesses du pays

Insécurité dans l’Est: Fridolin Ambongo pointe la « mauvaise » répartition des richesses du pays

RDC: trois soldats tanzaniens de la SADC tués par un tir de mortier dans le Nord-Kivu

RDC: trois soldats tanzaniens de la SADC tués par un tir de mortier dans le Nord-Kivu

Kwilu : pas un seul kilomètre asphalté depuis cinq ans, les routes deviennent impraticables

Kwilu : pas un seul kilomètre asphalté depuis cinq ans, les routes deviennent impraticables

PUBLICITÉ

  • RDC annonces
    RDC annonces
  • RDC emploi
    RDC emploi
  • RDC immo
    RDC immo

La revue de presse

31 January 2024
La Revue de Presse de ce 31 janvier 2024

Les crimes oubliés en RDC

Le Panafricaniste Kemi Seba parle du criminel Kagame et de la RDC

SUIVEZ-NOUS

Facebook
Twitter
Google plus
Youtube

RDCN sous tous les formats

Iphone,Ipad et Android

Copyright ©2014-2017 RDC Nouvelles | Membre du réseau RDC Médiacom | Site conçu et hébergé par RDC Netcom